Deflategate: les ballons du Superbowl sous surveillance

La Ligue nationale de football américain (NFL), éclaboussée par le «Deflategate», a pris toutes les précautions pour les ballons qui seront utilisés lors du Super Bowl entre Seattle et New England, dimanche à Phoenix.
«Nous avons pris des mesures de sécurité complémentaires», a annoncé Dean Blandino, en charge de l'organisation de la finale pour la NFL. «On n'en est pas arrivé au niveau de protection de la Coupe Stanley, mais il y a des dispositions particulières», a-t-il ajouté.
Pour un match de saison régulière et de séries éliminatoires, chaque équipe doit fournir douze ballons, comme l'a fait pour sa finale de conférence New England, accusé d'avoir utilisé des ballons sous-gonflés pour bénéficier d'un avantage.
L'affaire, désignée aux États-Unis sous le nom de «Deflagate», fait l'objet d'une enquête de la NFL, dont le patron Roger Goodell a rappelé vendredi qu'en cas d'infractions des Patriots, ceux-ci seraient punis.
Pour le Super Bowl, 104 ballons seront utilisés: la NFL en a fourni 52 à chaque équipe pour qu'elles s'entraînent avec toute la semaine, avant de les rendre aux officiels vendredi.
Les ballons sont depuis sous la responsabilité de l'intendant des Chicago Bears Tony Medlin, qui les amènera avant le match aux arbitres pour un contrôle (pression, structure). Ils seront ensuite distribués aux ramasseurs de ballon, répartis tout autour du terrain.
«Tony Medlin est un habitué, il a déjà officié plusieurs fois pour le Super Bowl», a rappelé M. Blandino.
«Pendant les deux premières périodes, on utilise le plus de ballons possibles, parce qu'ils sont ensuite vendus aux enchères au profit d'associations», a précisé le responsable de la NFL.