Défilé de nuit de la haute ville: un premier clin d'oeil populaire

Pour la première fois de son histoire, le défilé du Carnaval de Québec n'a pas été monopolisé que par Bonhomme, les duchesses ou les chars allégoriques flamboyants. Un groupe populaire d'une centaine de personnes a paradé derrière le défilé, entraînant du coup un mouvement de foule de quelques milliers de citoyens sur la Grande Allée, dans le sillon des personnages loufoques et colorés.
Le premier essai du Carnaval pour redonner le défilé à la population avait des airs timides en début de soirée. Quelques dizaines de personnes tout au plus - dont plusieurs liées à l'organisation -, un peu de musique, des costumes rafistolés et une ambiance bon enfant.
Le groupe festif a patienté longuement, cédant toute la place aux acrobates, musiciens et danseurs juchés dans les hauteurs des chars allégoriques du défilé de la haute ville - identique à celui présenté il y a une semaine à Charlesbourg.
Mais la fête est venue après Bonhomme et ses duchesses. Tel que promis, le Carnaval a ouvert la clôture pour accueillir ce rassemblement de carnavaleux en fin de parcours.
Le plaisir a été contagieux. En quelques minutes, la foule a décuplé. Enfants et parents ont sauté sans gêne la clôture. Les cordes ont été enfourchées un peu partout sur la Grande Allée. En scandant «À nous le défilé!», des milliers de personnes ont déambulé en plein centre de la Grande Allée en direction du palais de Bonhomme. Ce tableau populaire, sans char ou thématique, a soudainement pris l'allure d'une grande manifestation sans cause - sinon celle de fermer la marche du défilé.
Soirée musicale
Plus tôt en soirée, un DJ avait mis la table pour une soirée fort animée sur l'avenue Cartier. Une ambiance festive régnait déjà sur l'artère commerciale, bien avant le passage des poissons géants et autres personnages farfelus.
Le deuxième et dernier défilé du Carnaval s'est conclu au palais de Bonhomme, où les Lost Fingers, Loco Locass et autres artistes ont gardé bien au chaud les festivaliers lors du party d'après-défilé.
Labeaume lance des fleurs au Carnaval
Après avoir été plus critique dans la dernière année envers le Carnaval, le maire de Québec, Régis Labeaume, a salué samedi l'innovation et le retour vers les jeunes orchestrés par le festival hivernal.
En 2013, le Carnaval de Québec a encaissé un déficit en plus de s'attirer les critiques de gens d'affaires et d'élus. Depuis, les dirigeants du rendez-vous hivernal ont puisé dans la nostalgie pour raviver la flamme carnavalesque.
Un virage salutaire, selon le maire de la capitale. «Ça marche. Il y a rien qu'à Québec qu'on peut innover avec des traditions. C'est vraiment Québec ça, le mystère Québec. On réussit à innover en ramenant Ti-Père, les duchesses pis la reine. C'est vraiment Québec, pis le monde embarque», a louangé Régis Labeaume, samedi.
Le maire de Québec dit avoir observé une plus grande participation de la nouvelle génération cette année aux festivités. «Il faut vraiment remettre le Carnaval aux jeunes. C'est eux qui ont fait la différence cette année.»
Cet engouement de la jeunesse s'est entre autres manifesté lors de l'enregistrement d'une nouvelle version de la chanson du Carnaval. «J'étais le plus vieux, je regardais les jeunes qui avaient le goût de faire ça avec un mouvement reggae, je me disais : Il faut remettre le Carnaval à eux autres», souligne Régis Labeaume. «C'est le temps que ça change de main et que ça s'en aille dans les mains des jeunes. Un moment donné, il faut que ça se fasse dans une société. Ils ont plein d'idées, plein de fraîcheur, ils voient les choses différemment.»
À l'issue du Carnaval de l'an dernier, les gens d'affaires avaient déploré le confinement du festival aux plaines d'Abraham. Cette année, les sociétés de développement commercial ont pris part aux Rues carnavalesques, en finançant eux-mêmes des activités familiales. Leur pari a été gagné, estime aujourd'hui le maire de Québec. «Les SDC nous le disent, ç'a marché sur les artères commerciales. Il y avait des jeunes. C'est pas juste bon pour l'artère commerciale, c'est bon pour toute la vie de quartier autour. Ça marche, le bilan est excellent. On a râlé pis on a chialé, mais il faut que ça se fasse dans vie.»  Avec Olivier Parent
-----
Au Carnaval aujourd'hui...
Course de traîneaux loufoques
À 11h au Village
Vacances Valcartier
Grande tyrolienne
Dès 12h sur la Grande Allée
Cérémonie de clôture et départ de Bonhomme
À 14h au palais de Bonhomme