Selon la ministre responsable de la région, Stéphanie Vallée, la planification des coupes dans la forêt publique est problématique, mais des progrès importants sont observables.

Décès du cycliste Guy Blouin: la ministre de la Justice ne s'en mêle pas

La ministre de la Justice, Stéphanie Vallée, a dit: «non». Elle ne fera pas pression pour que le Directeur des poursuites criminelles et pénales (DPCP) rende finalement publique sa décision d'accuser ou non les policiers de Québec impliqués dans la mort du cycliste Guy Blouin survenue il y a neuf mois.
Au cours d'une mêlée de presse, un collègue du bureau du Soleil à l'Assemblée nationale a questionné la ministre : un tel délai après le décès est-il normal? Mme Vallée a alors coupé court à l'échange : «Je ne commente pas davantage».
Avant de quitter prestement les reporters, la ministre de la Justice avait pris une minute pour s'expliquer : «Vous savez très bien que le Directeur des poursuites criminelles et pénales a été créé justement pour éviter de politiser les dossiers. Alors, je comprends que dans des situations où il y a mort d'homme, la famille a toujours hâte de connaître l'issue de tout ça. Et, là-dessus, j'ai beaucoup de compassion pour la famille, pour les proches de la victime. Ceci étant dit, il serait tout à fait inapproprié pour moi d'intervenir à ce stade-ci. Le DPCP est en train de faire son enquête, comme il l'a fait dans d'autres dossiers. Oui, c'est un dossier qui a été médiatisé, oui, c'est un dossier qui implique un policier, mais il faudrait éviter de politiser les dossiers parce qu'ils ont été médiatisés d'une façon ou d'une autre.»
Souvenons-nous que Guy Blouin, 48 ans, a été frappé par une autopatrouille le 3 septembre, à côté du parvis de l'église Saint-Roch, dans la basse-ville de Québec. Peu après l'incident, le décès a été constaté. L'enquête avait été confiée à la Sûreté du Québec qui a remis son rapport il y a un peu plus de 4 mois. Depuis, la preuve est évaluée par un procureur du bureau du DPCP de Saguenay. Il décidera si les deux agents impliqués seront accusés.
Jeudi, Le Soleil annonçait que le Comité du 3 septembre, regroupement d'organismes communautaires et de citoyens, demandait maintenant à la ministre de se mouiller pour accélérer le traitement du dossier et assurer la transparence du processus. Le DPCP indiquait au Soleil ne pas se fixer d'échéance pour rendre sa décision. «Quand on va être prêts, on va l'annoncer, mais je ne peux pas vous dire quand», disait Me René Verret, du bureau des relations publiques et de l'information.
Avec Michel Corbeil