Le réalisateur et comédien Simon-Olivier Fecteau avec son confrère Benoît Cliche.

Décès du comédien Benoît Cliche: le départ d'un «grand rêveur»

«Bën, tu m'as appris qu'on peut être courageux, fort et drôle face aux plus gros obstacles, même face à notre propre départ. Cette leçon me suivra toujours et je t'en remercie. J'espère qu'un jour la maladie qui t'a emporté, et qui en emporte beaucoup d'autres, sera vaincue.» C'est signé Simon-Olivier Fecteau.
Le réalisateur et comédien québécois a ainsi salué, sur sa page Facebook, son confrère Benoît Cliche, qui est décédé à l'âge de 32 ans des suites d'un cancer du cerveau dans la nuit de vendredi à hier. 
Quelques mois plus tôt, Simon-Olivier Fecteau avait accepté de produire une édition spéciale d'En audition avec Simon à la demande du comédien malade originaire de Québec. «C'était un rêve pour lui de participer à cette émission», mentionne Lucien Ratio, metteur en scène et très proche ami de Benoît Cliche.
Cette vidéo (toujours accessible en ligne au http://bit.ly/1Apzva0) met en scène le comédien se faisant refuser un rôle par l'insensible réalisateur Simon à cause de son cancer. De l'autodérision à l'état pur, comme l'aimait Benoît, rappelle son ami Lucien Ratio. «C'était génial, cette capsule-là. C'était typiquement Bën!»
Simon-Olivier Fecteau le dit lui-même: «Il a été la personne avec le plus grand sens de l'humour et d'autodérision que j'ai rencontrée de ma vie.» Mêmes propos - pratiquement mot pour mot - de la part de Lucien Ratio, qui rappelle du même souffle le courage de son ami de longue date.
Persévérance
«Bën était un grand rêveur. Quand il avait un but, il l'atteignait.» Il s'est d'ailleurs battu jusqu'à la fin contre la maladie. «Il a fait tomber tous les pronostics pendant deux ans et demi, alors qu'on lui donnait un an à vivre. Il a fait mentir la médecine.»
En juillet 2012, Benoît Cliche avait reçu un diagnostic de cancer du cerveau de grade 4 et s'était fait dire par les médecins qu'il avait très peu de chances de vaincre la maladie et de vivre plus de cinq ans.
Visiblement ému et fier de la persévérance de son ami, Lucien rappelle qu'il a également survécu à quatre chirurgies au cerveau, allant même jusqu'à participer au tournage d'En audition avec Simon après sa quatrième. «Ce gars-là, il était on stage trois jours après sa deuxième chirurgie.»
Benoît et Lucien se sont connus au Conservatoire d'art dramatique à Québec, il y a 13 ans. Depuis, ils ne se sont pas quittés, demeurant proches autant dans la vie que sur le marché du travail. 
«Plus de temps à perdre»
«Quand il a su qu'il était atteint d'un cancer, il s'est dit: "Je n'ai plus de temps à perdre"», raconte Lucien Ratio. «Il disait: "Si je veux chanter dans la rue, je le fais. Si le monde me trouve weird, je m'en crisse." C'était ça, Bën!»
Au cours des derniers mois, l'état de Benoît s'était toutefois grandement détérioré, jusqu'à le priver de toute qualité de vie. «Je lui ai parlé il y a deux semaines, il n'était pas dans le meilleur état», mentionne Lucien. Il n'était donc pas surpris de voir son ami partir, et parle de son départ avec sagesse. «Tu perds un ami, mais ton ami avait mal...»