Nicolas Marceau du Parti québécois,Christian Dubé de la Coalition avenir Québec et Martin Coiteux du Parti libéral du Québec .

Débat sur l'économie à Québec: corruption et séparation au menu

Ne fait pas un débat sur l'économie qui veut. Mardi, le face-à-face entre le ministre sortant des Finances, Nicolas Marceau, et ses vis-à-vis libéral et caquiste a rapidement ramené les enjeux de la corruption et de la souveraineté à l'avant-plan.
À moins de deux semaines des élections provinciales, l'économiste Nicolas Marceau a martelé qu'un vote pour le Parti libéral allait se traduire par un retour de la corruption au sein de l'État québécois.
«Est-ce que c'est bon pour l'économie lorsque l'UPAC débarque au Parti libéral? Il faut retrouver un climat de confiance au Québec», a-t-il martelé lors d'un débat devant un parterre de gens d'affaires de la région de Québec réunis à l'Hôtel Plaza.
L'économiste Martin Coiteux, candidat du Parti libéral du Québec, a pour sa part soutenu qu'«un vote pour le PQ, c'est la propagande pour la séparation».
Le candidat de la Coalition avenir Québec, Christian Dubé, a rappelé que le Québec devait réduire ses dépenses et ne pouvait continuer à déclarer des déficits ad vitam aeternam. «Nous n'avons plus les moyens», a-t-il souligné.
Ce qu'ils ont dit...
• «On ne peut pas se contenter d'une croissance de 1,2 % au Québec.»
• «Vous voulez des infrastructures des années 80, nous, on veut des infrastructures des années 2020.»
• «Si on fait quelque chose le poing en l'air, ce sera pour relancer l'économie du Québec.»
- Martin Coiteux, Parti libéral du Québec
***
• «On est privilégié à Québec pour la diversité de notre économie.»
• «Très clairement, il y a un besoin de mettre ce gouvernement actuel dehors. Tout le monde s'entend là-dessus.»
• «Les gens doivent arrêter d'embarquer dans la stratégie de peur du Parti libéral. On peut faire autre chose. Nous, on dit non au référendum, oui à l'économie. On a un programme.»
- Christian Dubé, Coalition avenir Québec
***
• «S'il y a du pétrole au Québec, ce sera à cause du Parti québécois.»
• «Nos institutions au Québec ont été fortement ébranlées par le Parti libéral. Le retour du Parti libéral au pouvoir, ce serait le retour de la corruption. C'est un parti qui ne s'est jamais excusé.»
• «Le projet de l'élargissement de l'autoroute Henri-IV est un projet très structurant pour la région de Québec. On parle d'un investissement de 400 millions $.»
- Nicolas Marceau,  Parti québécois