L'activité réunissait Agnès Maltais, candidate dans Taschereau pour le Parti québécois, Marie-Ève Duchesne, candidate de Québec solidaire dans Taschereau également, et Christine St-Pierre, candidate du Parti libéral dans Acadie.

Débat sur la culture: le réseau des Conservatoires, invité-surprise

La question de l'art et de la culture a fait exceptionnellement apparition dans la campagne électora le provinciale, mardi soir, alors que des représentantes de trois des quatre principaux partis ont pris part à un débat organisé par le Conseil de la culture des régions de Québec et de Chaudière-Appalaches. Étonnamment, la question du financement des conservatoires est celle qui est revenue le plus souvent dans les échanges.
L'activité réunissait Agnès Maltais, candidate dans Taschereau pour le Parti québécois, Marie-Ève Duchesne, candidate de Québec solidaire dans Taschereau également, et Christine St-Pierre, candidate du Parti libéral dans Acadie. Elle a attiré une foule assez considérable au Palais Montcalm. La salle D'Youville était bondée au point où les organisateurs ont dû ajouter quelques dizaines de chaises.
C'est Marie-Ève Duchesne qui, la première, a soulevé les problèmes qui accablent actuellement le réseau des Conservatoires de musique et d'art dramatique en faisant allusion aux «coupures qui ont été faites dans la dernière année, qui ont réduit la qualité de l'enseignement et qui réduisent l'offre de formation».
Christine St-Pierre a éludé le sujet. Agnès Maltais, elle, a d'abord nié l'existence de telles réductions. «Il n'y a pas eu de coupures, mais il y a un problème de déficit, et ça n'a pas été réglé par le passé, a-t-elle admis. On ne les a pas soutenus.»
Mme Duchesne, revenant à la charge quelques minutes plus tard, a fait part des inquiétudes des représentants des professeurs des conservatoires concernant la menace de nouvelles coupes, surtout en région. «La crainte est que les régions écopent et ne puissent plus offrir une formation de qualité, a noté la jeune candidate. On nous a aussi informés de la réduction du temps d'enseignement en musique et en art dramatique.»
Vérification faite, les conservatoires, qui souffrent d'un déficit structurel récurrent depuis la modification de leur statut en 2007, ont coupé de façon importante dans les services offerts aux élèves. «Depuis septembre dernier, on a réduit le nombre d'heures de cours d'instrument de 33 % pour tous les étudiants», a affirmé Marie Picard, professeure au Conservatoire de musique de Québec, lorsque questionnée par Le Soleil à l'issue du débat.
Absence de la CAQ
Mmes Duchesne, Maltais et St-Pierre se sont généralement entendues pour défendre la culture et pour souhaiter qu'une place plus grande soit accordée aux activités artistiques dans les programmes scolaires au Québec.
La Coalition avenir Québec (CAQ) avait décidé de n'envoyer aucun représentant au débat. La formation avait d'abord annoncé la présence de Mario Asselin, candidat dans Louis-Hébert, puis, quelques jours plus tard, celle d'Émilie Foster, candidate dans Jean-Lesage, avant de finalement se raviser, prétextant que le niveau des participantes était trop élevé.