Selon la petite histoire, Joel Zimmerman, 33 ans, a adopté son pseudonyme à l'adolescence, lorsqu'il a trouvé une souris morte dans le boîtier de son ordinateur. D'abord utilisé sur les sites de clavardage, deadmau5 est devenu son nom d'artiste.

Deadmau5: des beats et du mordant

«Il n'y a aucun CD dans le décor. C'est une orgie technologique et j'essaie de jouer ma musique, pas celle des autres. Si les gens viennent voir deadmau5, je veux qu'ils entendent la musique de deadmau5.» Ainsi se décrit sur son site Web la vedette de la scène électro Joel Zimmerman, qui refuse dur comme fer de porter l'étiquette de D.J. L'homme à la tête souris sur les Plaines mercredi soir, précédé par une réputation d'artiste aussi créatif que caractériel, qui empoche des millions de dollars à faire danser les foules tout en prédisant la mort prochaine de l'«electronic dance music» (EDM).
<p>S'il y a manifestement encore des gros sous à faire sur la scène EDM, deadmau5 ne se gêne pas pour prédire sa disparition, dans sa forme actuelle, du moins. </p>
Ce n'est pas d'hier que deadmau5 (on prononce «dead mouse», comme dans «souris morte»...) se dissocie de ses pairs de la scène EDM. Pas trop reconnu pour avoir la langue dans sa poche, il a souvent proféré de gros mots pour parler de ses confrères D.J., entre autres célébrités (Madonna et Justin Bieber ont aussi nourri ses commentaires cinglants sur les réseaux sociaux). Il en a contre les festivals spécialisés qui sont plus soucieux de leur propre image de marque que des artistes qu'ils présentent. Il s'insurge contre ceux qui fréquentent ces événements et qui viennent faire le party sans être attentifs aux propositions artistiques. Il dénonce la multiplication des collaborations qui transforment les albums de certains collègues en «compilations dance» tout comme les D.J. qui remixent les chansons des autres plutôt que de créer leurs propres compositions.
«Quand vient le temps de sortir un album, c'est des conneries. Du genre : "Me voici avec tel gars. Puis me voilà avec tel autre..." C'est comme dire: "Il ne se passe pas assez de choses de mon côté pour que je puisse présenter mon propre produit." Tout devient une sorte de compilation dance ridicule. Ça me rend fou et je crois que je suis arrivé à un stade dans ma carrière où je peux faire ce genre de déclaration», a commenté Joel Zimmerman au magazine Vanity Fair le mois dernier, dans la foulée de la sortie de while (1<2), un album double de plus de deux heures sur lequel il a voulu ratisser large. «Quiconque n'a jamais entendu mes affaires sera surpris, j'espère, du fait que ce n'est pas juste de la musique dance», a-t-il ajouté.
Marque de commerce
Âgé de 33 ans, Joel Zimmerman est originaire de Niagara Falls en Ontario. Selon la petite histoire, il a adopté son pseudonyme à l'adolescence, lorsqu'il a trouvé une souris morte dans le boîtier de son ordinateur. D'abord utilisé sur les sites de clavardage, deadmau5 est devenu son nom d'artiste. Avec ses yeux ronds et son large sourire, la tête de souris qu'il a faite sienne - il l'arbore sur scène et l'accole à tout ce qu'il produit - fait maintenant office de puissante marque de commerce... Jusqu'à inquiéter le géant Disney, qui y a vu une menace pour l'image du célèbre Mickey.
Si le terme le répugne, deadmau5 s'est néanmoins imposé parmi les D.J. les plus prisés - et les mieux payés - de la planète. Avec des revenus estimés à 21 millions $ en 2013, Joel Zimmerman s'est hissé dans le top 5 du palmarès des producteurs de musique électro les plus riches dressé par le magazine Forbes, derrière Swedish House Mafia (25 M$), David Guetta (30 M$), Tiësto (32 M$) et Calvin Harris (46 M$).
S'il y a manifestement encore des gros sous à faire sur la scène EDM, deadmau5 ne se gêne pas pour prédire sa disparition, dans sa forme actuelle, du moins. En entrevue avec le London Evening Standard, en juin, il a dit déjà voir «les rats quitter le navire».
«Le disco aura duré plus longtemps que l'EDM, pour être honnête, et ça n'a pas pris de temps à mourir. L'EDM est plus vulnérable, dans un sens, parce que [le disco] se passait à une époque où il n'y avait pas de réseaux sociaux et tout ça. Je ne prétends pas que tout va s'effondrer après que j'ai dit ça. Mais je pense que l'EDM va éventuellement s'autodétruire.»
La prestation qu'offrira deadmau5 mercredi soir au Festival d'été s'inscrit dans une période de rodage, alors qu'il s'apprête à se lancer dans une ambitieuse tournée d'arénas. Toujours au London Evening Standard, il a décrit son projet comme une expérience «immersive», conçue avec des scénaristes hollywoodiens et un concepteur de jeux vidéo. «Ce sera beaucoup mieux que d'être confiné dans un cube avec tous les regards sur soi, évoque-t-il. [...] On produit le spectacle comme on produirait un film. C'est très excitant, dans le genre ça passe ou ça casse. Le comptable capote en ce moment...»
Vous voulez y aller?
Quoi: soirée ElectroFEQ (St-Michel dès 17h30, Poirier et Face-T dès 18h10, Robert Delong dès 18h55, Alvin Risk dès 19h55, The Glitch Mob dès 20h55 et deadmau5 dès 22h10)
Quand: mercredi dès 17h30
Où: plaines d'Abraham
Accès: laissez-passer