Jean-Sébastien Guénette, directeur général de QuébecOiseaux depuis 2005, est détenteur d'une maîtrise en ornithologie de l'Université de Moncton.

De plus en plus d'oiseaux menacés

La situation est alarmante! Depuis 15 ans, la liste des oiseaux menacés au Québec comptait 20 noms, bientôt on y ajoutera six ou sept espèces, et tout indique que cette liste se gonflera d'année en année.
C'est en quelque sorte le portrait pessimiste que Jean-Sébastien Guénette, directeur général du Regroupement QuébecOiseaux, trace dans une entrevue accordée à l'occasion du troisième congrès de l'organisme, qui avait lieu hier, à Granby.
D'ailleurs, le Regroupement, qui a d'abord fondé son action sur le loisir ornithologique et ensuite sur la recherche, met aujourd'hui de plus en plus l'accent sur la conservation.
Il y a beaucoup de raisons pour expliquer le déclin de certaines espèces comme le martinet ramoneur, qui a de moins en moins de nourriture à se mettre dans le bec.
Cet insectivore souffre de tous ces insecticides qu'on a répandus et qu'on répand souvent encore et qui détruisent son garde-manger. Une preuve de cette destruction d'insectes : les pare-brise des voitures restent de plus en plus propres quand elles circulent sur les routes du Québec.
Selon M. Guénette, ici, au Québec, nous avons une des meilleures con­naissances des espèces menacées.
Le Regroupement QuébecOiseaux n'est pas un organisme proprement dit d'intervention dans les dossiers politiques, mais quand le mouvement le juge nécessaire, il n'hésite pas à le faire.
Ce fut le cas dans le dossier des éoliennes au Québec, où, selon M. Guénette, il serait préférable de faire une intervention générique plutôt que de se limiter au cas par cas.
Des projets
En plus de faire de la conservation des habitats son cheval de bataille, QuébecOiseaux planche sur de très gros projets en collaboration avec d'autres partenaires.
On est sur le point de rééditer sur CD dans son intégralité L'atlas des oiseaux nicheurs du Québec méridional, une bible dans le domaine dont l'édition papier est déjà épuisée depuis quelques années.
La réédition ne se fera vraisemblablement pas avant les Fêtes, mais ça ne saurait tarder. Tous les problèmes de droits d'auteur relativement à cet ouvrage sont réglés, il ne reste qu'à graver les CD et à les mettre en marché.
À cela s'ajoute un projet colossal d'une deuxième édition de L'atlas, mais là, c'est un projet qui doit s'étendre sur toute une décennie. Il y a tout un travail de terrain à faire sur cinq ou six ans pour colliger les nouvelles données, ensuite les compiler, les mettre en ordre et finalement les publier.
Pour le moment, Jean-Sébastien Guénette ne sait pas quelle forme prendra ce nouvel Atlas, mais chose certaine, on y planche déjà très sérieusement.
Le congrès
C'était la troisième fois hier que le Regroupement QuébecOiseaux tenait un congrès. Ça se déroulait à Granby, tandis que celui de 2004 avait eu lieu à Saint-Jean-sur-Richelieu et celui de 2006 à Saint-Hyacinthe. Il n'est pas impossible que le prochain se tienne à Québec en 2010. On y songe déjà. Le congrès d'hier a attiré 340 participants. QuébecOiseaux regroupe 6000 membres qui viennent de ce qu'on appelle le Québec méridional. Ils appartiennent à 31 clubs. Les autres sont une centaine de membres individuels et une vingtaine d'organisations associées qui partagent la même vision que le Regroupement.