Feodor, l'inventeur touche-à-tout, accepte de concevoir un fantastique canon à neige pour que les habitants de Pinchcliffe puissent avoir un Noël blanc. Mais il y a un risque...

De la neige pour Noël: féerie animée***

CRITIQUE / De la neige pour Noël est l'antithèse des films à l'animation assistée par ordinateur. Tant dans son récit enfantin que dans l'esthé­tique «artisanale». Et c'est précisément ce qui fait son charme, un peu suranné, et captive les spectateurs, petits et grands. Avec, sans trop nous faire la morale, une description réaliste de ce qui nous pend au bout du nez : un Noël sans neige...
Les habitants de Pinchcliffe sont désemparés. À quelques jours de Noël, la manne blanche se fait attendre même si le rédacteur en chef du journal local n'arrête pas de prédire son arrivée imminente. Désespéré, il se rend chez Feodor.
L'inventeur touche-à-tout accepte de concevoir un fantastique canon à neige. Pendant ce temps, Ludwig, un hérisson maladroit et peureux, et Solan, un canard fanfaron et paresseux, vaquent aux préparatifs du réveillon, sans trop de succès... 
À l'insu du trio, le journaliste ambitieux dérobe la machine et décide de jouer à l'apprenti sorcier. Une fois l'engin pétaradant en marche, celui-ci s'emballe et risque maintenant d'ensevelir complètement le village. Feodor, Ludwig et Solan pourront-ils empêcher la catastrophe?
Il aura fallu trois ans à Rasmus A. Sivertsen et à son équipe pour tourner cet extravagant film image par image (stop-motion). Le réalisateur a voulu rendre hommage à l'animateur Kjell Aukrust, décédé en 2002, une véritable légende en Norvège. Le succès fut gigantesque : un million d'entrées dans un pays de cinq millions d'habitants!
On comprend pourquoi. Il s'agit d'un conte de Noël féerique classique, du moins en apparence. Bien sûr, le récit est simple (à partir de quatre ans), pour ne pas dire simpliste, avec des personnages attachants. Il oppose l'ambition et l'égoïsme à l'esprit communautaire et à la bonté. Sans, toutefois, le rythme et l'imagination de Wallace et Gromit ou de Shaun le mouton.
Mais sous cette première couche, il laisse apparaître une autre trame. La neige n'est plus au rendez-vous comme avant les changements climatiques. Et les machines créées par l'homme se révèlent inadéquates pour se substituer à la nature. 
Les Québécois n'auront aucune difficulté à s'identifier à la situation vécue par les habitants de Pinch­cliffe. Le récit est un peu abracadabrant et surchargé, et les personnages caricaturaux, mais la magie de Noël opère.
=> Au générique
Cote : ***
Titre : De la neige pour Noël
Genre : animation
Réalisateur : Rasmus A. Sivertsen
Classement : général
Durée : 1h07
On aime : l'animation «artisanale», les thèmes
On n'aime pas : l'aspect un peu trop enfantin