Amorçant la ronde finale de l'Omnium du Québec à -4, Jérome Blais accuse trois coups de retard sur le meneur Dave Lévesque, avec qui il formera dimanche le trio de tête complété par Javier Sanchez (-5).

Dave Lévesque sent le souffle de Sanchez et Blais dans son cou

La chasse est officiellement ouverte au Golf de La Faune, sur la route menant à la Réserve faunique des Laurentides. Meneur de l'Omnium du Québec Promotuel Assurance, Dave Lévesque sera la cible de ses plus proches rivaux pour la quatrième et dernière ronde de ce tournoi professionnel doté d'une bourse globale de 100 000$.
Lévesque a joué sa pire ronde selon ses standards jusqu'à présent, samedi après-midi, en se contentant de la normale (72) pour garder son cumulatif à -7 après trois rondes. Il détient deux et trois coups d'avance sur ses plus proches rivaux, soit Javier Sanchez (-5) et Jérôme Blais (-4). Les trois formeront le groupe de tête, aujourd'hui, jusqu'à la parade sur le 18e trou.
«Ç'a été ma moins bonne ronde du tournoi, le score reflète un peu ma journée. Ç'a été une grosse bataille contre les conditions et le terrain, qui a montré ses dents. Mon objectif était de créer le plus grand écart possible, mais je n'ai pas réussi à le faire», résumait Lévesque, qui n'a pas été délogé du sommet depuis le début de la compétition.
Après quatre trous, il avait pourtant creusé son avance à l'aide de deux oiselets (premier et quatrième). Parti pour la gloire, il a ensuite été ralenti par le vent.
«J'ai connu le départ que je voulais, sauf qu'après, je n'étais plus capable de réussir de birdies et je voyais aussi les autres qui me rattrapaient. Demain [aujourd'hui], je ne pourrai pas jouer pour protéger mon avance, je devrai profiter des occasions qui se présenteront. Il sera aussi important de ne pas montrer de signe de faiblesse aux autres joueurs», indiquait l'ancien résident de Québec, qui apprécie l'appui de la foule, plus nombreuse à chaque ronde.
Des visages connus
Ces jours-ci, il revoit des visages connus, comme celui de l'ancien professionnel du Royal Québec Rodrigue Huot, club où il a été associé. «J'ai l'impression de défendre mon territoire», dira celui qui vise une deuxième victoire cette saison après celle de la semaine dernière au Championnat de la PGA du Canada, à Toronto.
Pour la ronde finale, Lévesque sentira le souffle de Sanchez et Blais. Le premier a été égal à lui-même, samedi, avec une ronde de 71(-1), pour grimper à -5, deux coups derrière lui. Même chose pour le second, dont la carte de 71(-1) lui a aussi permis de se faufiler dans le triumvirat d'honneur à -4 pour le tournoi.
«Je suis parti solide et à un moment, j'étais à -6, mais j'en ai échappé à la fin [trois bogeys aux 12e, 17e et 18e trous], a noté Blais. Je ne peux pas chialer, parce que je m'étais dit que ce serait bien d'être -1 au départ du 10e. Il ventait, ça se promenait pas mal...»
Maintenant qu'il est du groupe de tête, le golfeur de Venise-Performance Golf n'a qu'une idée en tête : aller chercher Lévesque! «J'ai retranché un coup sur lui aujourd'hui [samedi], c'est encore ça l'objectif. Cette année, si tu bats Dave, tu vas gagner trois ou quatre tournois. J'aurais aimé finir avec des birdies, on fera ça demain [aujourd'hui].»
Beauchemin s'éloigne
Installé à cinq coups de la tête au départ, Yvan Beauchemin (La Tempête) a bouclé la troisième ronde avec une carte de +3 (75) pour s'éloigner à huit coups du meneur Dave Lévesque. «Je n'ai pas fait de putt. J'avais de bons élans, mais aucune récompense. Ç'a été une journée difficile pour moi, et quand tu n'as pas la bonne distance, ça va mal. Le vent a été la même histoire pour tout le monde et c'était le temps de faire une bonne ronde pour se rapprocher du groupe de tête. Mais à la place, je me suis auto-infligé un mauvais score», résumait Beauchemin, à égalité en 13e place. Bryn Parry a glissé de deux à quatre coups du premier rang, tandis que Conor O'Shea, qui jouait dans le trio de tête, a joué +7, chutant de -4 à +3 au total des trois premières rondes.
Barré s'en voulait
Même s'il a rétréci l'écart d'un coup avec Dave Lévesque, Maxime Barré ruminait encore la fin de sa troisième ronde, lui qui a commis trois bogeys dans les sept derniers trous, dont deux successifs sur les 15e et 16e trous. «Après 11 trous j'étais à -4, mais j'ai fait des erreurs stupides au retour. Je voulais jouer le plus bas possible, et malheureusement, j'ai transformé une excellente ronde en bonne journée. J'aurais aimé être dans le dernier groupe pour la quatrième ronde, mais tout ce que je peux faire, c'est de continuer à exécuter le mieux possible et descendre mon pointage», soulignait le vainqueur du Tournoi des maîtres de l'AGP, il y a un mois. Barré a finalement joué -1 (71), samedi, pour entreprendre la dernière ronde à quatre coups de la tête. Il partira dans l'avant-dernier groupe, à 11h50.
Sur les verts
Sylvie Schetagne, l'une des deux femmes à participer à l'Omnium du Québec et la seule à avoir réussi la coupure après les deux premières rondes, a réussi un albatros (deux coups sur une normale5) au quatrième trou d'une longueur de 503 verges. Elle a joué +1 et présente un cumulatif de +9... Keven Fortin-Simard (Chicoutimi) a joué sa meilleure ronde (68) du tournoi pour grimper à -2... Le fort vent qui soufflait au Golf de La Faune a causé des problèmes aux joueurs, seulement sept d'entre eux ramènent une carte sous la normale de 72. Les nombreuses recherches de balles ont aussi allongé la journée puisqu'il a fallu six heures pour se farcir les 18 trous.
Belle semaine pour Sanchez
À l'instar des autres compétiteurs, Javier Sanchez a trouvé la journée longue, samedi à l'Omnium de golf du Québec. Six heures pour disputer une ronde, c'est beaucoup. «Si je pouvais changer quelque chose au terrain? J'ajouterais des toilettes», a blagué l'Américain d'origine mexicaine, qui aurait bien aimé s'offrir quelques tacos en soirée, histoire de faire le plein d'énergie pour dimanche.
«Ç'a été une ronde difficile, messieurs, et jouer -1 dans ce vent, c'est très bien. Je suis content d'être tout près de Dave pour la dernière ronde, je pourrai l'avoir à l'oeil. Il est fort, régulier, je vais tout donner pour le rejoindre. Mais peu importe le résultat, j'ai passé une très belle semaine à Québec et j'espère m'y avoir fait plusieurs amis. Les gens appuient leurs pros locaux, mais j'ai aussi vu que certains m'encourageaient», a-t-il ajouté, souriant.