Dave Desrosiers a lancé le Défi cyclos-ados pour venir en aide a des adolescents vivant des difficultés différentes.

Dave Desrosiers: la psychoéducation sur deux roues

Lauréat : Dave Desrosiers   Occasion : Étudiant en psychoéducation, il est l'initiateur du Défi cyclo-ados, une caravane de 10 cyclistes (dont sept ados) qui revient d'un tour de la Gaspésie.
«Après 32 jours de vélo, faut reprendre la vie normale. On était détachés de la vie à Québec, dans une vie irréelle.» Dave Desrosiers a fait partie de la caravane de 10 cyclistes (sept ados et trois accompagnateurs) qui ont fait le tour de la Gaspésie. Le 27 juillet dernier, ils étaient de retour à Québec, essoufflés, mais changés, grandis, heureux. Un périple de 1500 km à bout de pédales, mais aussi un sacré bout de chemin sur le plan personnel.
Dave Desrosiers, 25 ans, étudie en psychoéducation à l'Université du Québec de Trois-Rivières (UQTR), campus de Québec. Son cheval de bataille : faire sortir la psychoéducation des bureaux, oublier le binôme intervenant-client. «Voir les choses de façon plus éclatée», résume-t-il.
C'est dans cette optique que Dave Desrosiers a lancé le Défi cyclo-ados à des ados de tous horizons, vivant des difficultés différentes. «Au départ, on se doutait des raisons pour lesquelles les jeunes avaient choisi de faire le voyage, mais après une semaine à pédaler, on leur a demandé pourquoi ils étaient là.» Les réponses ont été surprenantes, les jeunes verbalisaient les objectifs qu'ils s'étaient fixés : régler un problème de consommation, d'anxiété, d'attention, etc. D'autres étaient là pour vivre une expérience, évoluer, tout simplement.
Le défi quotidien, le dépassement de soi, le souci de l'autre et de la cohésion du groupe, tout ça a porté fruit. «La dernière soirée, on a fait un bilan avec les jeunes, et tout le monde avait cheminé. Certains exprimaient déjà d'autres défis à relever, d'autres prenaient conscience du chemin qu'il leur reste à faire pour atteindre leurs objectifs tout en constatant le bout parcouru», raconte Dave Desrosiers fièrement. La fierté est d'ailleurs un sentiment qui a habité les cyclistes à leur arrivée à Québec. D'un point de vue physique certes, mais surtout d'un point de vue humain.
Le Défi cyclo-ados cadre totalement dans le projet Partage des ressources des étudiants en psychoéducation (PREP) de Québec. Ce projet, à l'initiative de Dave Desrosiers, a vu le jour en 2008, au sein de l'UQTR à Québec. Le PREP permet de partager des outils, des savoirs et des compétences et de créer un réseau. Le but est de tisser des liens entre les étudiants en psychoéducation et les communautés qui bénéficient de leur soutien. Il s'agissait de casser la dynamique du vase clos et de mettre en relation le milieu étudiant, professionnel et les bénéficiaires en créant des projets innovateurs et originaux en psychoéducation.
Exemple concret
Dave Desrosiers aime donner un exemple concret de ce que permet le PREP : le café étudiant du campus de Québec de l'UQTR. Un partenariat a été développé entre l'UQTR et la Quebec High School, qui a un programme permettant à de jeunes déficients d'acquérir des habiletés pour entrer sur le marché du travail. «Ces jeunes, toujours accompagnés d'un étudiant en psychoéducation, travaillent au café, ils servent, cuisinent, établissent les prix. L'espace décisionnel qui leur est laissé est important, ils sont dans l'action, mais aussi dans la gestion. Leurs profs et éducateurs, qui sont aussi très impliqués, réutilisent ces acquis pour les examens, explique Dave Desrosiers. Le fait de partager avec eux au quotidien, dans la vraie vie, est très bénéfique.» Tout comme les cyclistes, ces jeunes sortent plus forts, plus outillés. Et les étudiants gagnent en expérience.
«On a tout à gagner à élargir l'horizon des interventions. Il faut être capable de dire : "Qu'est-ce que tu veux devenir et comment je peux t'être utile?" En d'autres termes, ne pas arriver avec des solutions toutes faites. Les psychoéducateurs doivent gagner en humilité et travailler dans le but d'amener les gens à reprendre le pouvoir et à s'améliorer par eux-mêmes, en lien avec leur communauté. Il faut faire des interventions qui vont être d'un réel apport pour les gens, sinon ça sert à rien, on devra intervenir pendant des années. Le but, c'est d'éduquer», dit Dave Desrosiers.
Selon lui, un bon psychoéducateur est une personne qui va se soucier de la bonne adaptation d'une personne à son environnement. «Le regard sur les deux pôles est important, on ne peut pas agir au mieux si on ignore l'environnement», précise Dave Desrosiers, en ajoutant que les interventions des psychoéducateurs s'adressent à une clientèle multiple, de tout âge.
Dave Desrosiers aime réfléchir sur le métier de psychoéducateur, si bien que, plus tard, il se voit donner des cours à l'université, accompagner les étudiants. Mais pour l'heure, il doit terminer son mémoire de maîtrise, déterminer s'il veut faire son doctorat et, surtout, consolider le PREP. «Je veux peaufiner ce qui est entrepris pour que ça marche pour les 10, 15 prochaines années, il faut que ce soit solide. Il faudrait amasser des fonds pour pouvoir rémunérer les jeunes psychoéducateurs qui vont porter les projets du PREP et faire en sorte que chaque projet grandisse année après année.»
Le PREP est en lice pour le gala Forces AVENIR 2011 (reconnaissance et promotion de l'engagement étudiant). Dave Desrosiers avait remporté les honneurs à titre personnel lors du gala 2009.