D'autres survivants retrouvés dans les décombres à Taïwan

Les secouristes ont retrouvé d'autres survivants dimanche dans les décombres d'une tour résidentielle qui s'est effondrée samedi lors d'un puissant séisme qui a secoué le sud de Taïwan.
Plus de 170 personnes ont pu être extirpées des débris de l'immeuble de la ville de Tainan jusqu'à maintenant, mais une centaine de résidents seraient toujours emprisonnés.
Le bilan provisoire des victimes de ce tremblement de terre fait état de 32 morts, dont 30 dans cette tour à logements de 17 étages. Le séisme de magnitude 6,4, qui a frappé à l'aube, samedi, a également fait plus de 480 blessés.
Le maire de Tainan - la ville la plus touchée par les secousses - a déclaré que les autorités estimaient qu'il restait 124 personnes piégées en dessous des décombres. Lai Ching-te a indiqué que les secours avaient pu retrouver plusieurs personnes en parlant à d'autres résidants qui avaient réussi à s'échapper.
Dimanche soir, les autorités discutaient avec un homme et une femme qui étaient toujours pris dans les ruines. Ils devaient être secourus sous peu. Les autorités prévoyaient utiliser des excavateurs de plus grande portée pour retirer une partie de la structure et ainsi avoir accès à d'autres zones de l'édifice.
Environ 2000 pompiers et soldats participent aux opérations de secours.
La chute spectaculaire de l'immeuble, construit en 1989, a soulevé des questions sur la qualité de sa construction. Le gouvernement de Tainan a affirmé que l'édifice n'avait pas été classé parmi les structures dangereuses. Le ministre taïwanais de l'Intérieur, Chen Wei-zen, a annoncé la tenue d'une enquête sur le sujet.
Neuf autres immeubles se sont effondrés ailleurs à Tainan.
Les tremblements de terre à Taïwan sont fréquents, mais la plupart sont mineurs et ils causent généralement peu de dégâts. Or, en 1999, un séisme de magnitude 7,6 survenu au centre de Taïwan avait tué plus de 2300 personnes.
Enquête ouverte
Les autorités ont annoncé l'ouverture d'une enquête, les critiques émergeant sur la capacité du bâtiment à encaisser les tremblements de terre.
Le maire a déclaré que des survivants avaient fait état de «manquements» aux normes de sécurité, sans donner plus de détails. «J'ai contacté les autorités judiciaires et les procureurs ont officiellement lancé une enquête», a indiqué l'élu.
«Nous tiendrons l'entreprise de construction responsable si elle a violé la loi», a fait plus clairement savoir M. Lai.
Selon la presse locale, l'entreprise en question qui a bâti l'ensemble a cessé ses activités, et les habitants mettaient en doute la qualité des matériaux utilisés.  Avec AFP