Chanson, Fauve, de Daphné

Daphné: plus douce que fauve ***1/2

Pas certaine que ce nouvel album de Daphné soit bien nommé.
Inspirée, elle l'est. Élégante, sensuelle, romantique et envoûtante, elle l'est aussi. À part la fièvre mise de l'avant dans la chanson Flores Negras, au côté sauvage mieux assumé, il aurait fallu sortir les griffes et montrer les dents pour être à la hauteur de ce titre... La chanteuse française livre néanmoins une proposition tout en nuances avec ce quatrième album, qui nous arrive un peu plus d'un an après un hommage à Barbara plutôt réussi. Avec Fauve, on plonge dans un univers sensible où l'amour prend la part du lion et se décline sur plusieurs tons : de la proximité charnelle (appréciez le jeu de mots 100 voiliers en l'air) aux sentiments qui déforment vision (jolie Strabisme des jours heureux) en passant à la nécessité de s'aimer soi-même (Ne pardonne pas trop vite, adressée aux victimes de violence). Le complice Benjamin Biolay vient une nouvelle fois faire son tour le temps d'un duo théâtral sur fond de criminalité héréditaire.