Dans le mélangeur de Damien Robitaille

Au moment de notre entrevue, Damien Robitaille arrivait des Îles de Mingan et s'apprêtait à repartir pour Calgary. Après son passage à Québec au Festival d'été - avec Boogat, Sunny Duval et Marie-Christine -, le Franco-Ontarien reprendra la route vers l'Ouest... Entre sa tournée estivale et le tournage de l'émission Ma caravane au Canada, le sympathique chanteur n'aura pas beaucoup de répit cet été. Entretien avec un musicien coloré qui débarque mardi soir à la place D'Youville avec la promesse d'un Mambo métissé.
Q) Après la tournée des festivals, vous reprendrez la route en solo. Qu'est-ce que vous nous mijotez pour cette série de spectacles?
R) On commence à l'automne. C'est un retour aux sources parce qu'au début, j'étais toujours en solo au piano ou à la guitare. Je me suis dit : «Pourquoi ne pas retourner à ça?» En même temps, ça va me permettre d'écrire de nouvelles chansons et de les tester avec les gens. C'est sûr que quand on monte un spectacle avec plusieurs musiciens, ça laisse moins de marge de manoeuvre. Quand je suis seul, je peux changer le spectacle tous les soirs si je veux. 
Q) Où en êtes-vous dans la création de ces nouvelles chansons?
R) Il y a des idées qui commencent à sortir. La première étape, pour moi, c'est d'enregistrer des petits bouts de mélodie, des petits bouts de phrases ici et là. Après, le vrai travail commence. C'est comme des morceaux de casse-tête à assembler. Mais avec le projet d'émission de télé, je n'ai pas eu beaucoup de temps à consacrer à ça.
Q) Vous tournez ces jours-ci avec Vincent Gratton l'émission Ma caravane au Canada. Qu'est-ce que ça implique pour vous?
R) C'est 40 jours de tournage. C'est un beau projet inespéré. Je ne sais pas comment c'est arrivé, mais depuis quelques années, on cogne à ma porte et on me propose de beaux projets de voyages et d'animation. J'ai fait le film Un rêve américain, qui vient de sortir, et Ma caravane au Canada, c'est un peu semblable : je rencontre plein de gens, je fais plein d'activités et je vois du pays! On va de Terre-Neuve jusqu'à Victoria! Je fais de la route et j'espère qu'il va y avoir de l'inspiration qui va sortir de ça pour le prochain projet. Il faut en profiter, ça me sort de ma zone de confort. Il faut se pousser dans la vie pour évoluer. 
Q) D'un album à l'autre, on ne sait jamais trop où vous allez rebondir en musique...
R) Moi non plus, je ne sais pas trop! C'est ça que j'aime dans la vie. Je me contente de laisser la vie me guider. Je n'essaie pas de trop planifier les choses. À ce jour, ça m'a amené à de beaux projets, dans des coins que je n'aurais jamais imaginés. Juste avec le dernier disque, je n'aurais jamais pensé me laisser inspirer par la musique de l'Amérique du Sud. Peut-être que quelque chose va arriver dans les prochains mois qui va changer toute ma vie, on ne sait pas! Qui sait, ça sera peut-être de la musique chinoise!
Q) Pensez-vous en avoir fini avec l'exploration des rythmes latins?
R) L'explorer comme avant, je pense que c'est fini. Mais en même temps, je l'ai tellement exploré que c'est rendu en moi. Ça va toujours être là, peut-être plus subtilement. Toutes ces inspirations-là entrent et ça devient un plus gros mélange.
Vous voulez y aller?
Qui : Damien Robitaille (Marième et Alex Nevsky en premières parties)
Quand : mardi dès 18h
Où : place D'Youville
Accès : gratuit