Connu pour avoir produit des albums mythiques de U2, de Peter Gabriel ou de Bob Dylan, Daniel Lanois a mis entre parenthèses cette partie de sa carrière pour l'instant afin de se consacrer à ses propres créations.

Daniel Lanois, le survivant

«Je m'excuse de ne pas avoir répondu au téléphone, j'étais sur ma moto et il y avait beaucoup de circulation...», confie Daniel Lanois en rappelant Le Soleil une quinzaine de minutes après l'heure prévue pour l'entrevue. Difficile de blâmer le célèbre producteur, guitariste et chanteur, qui a frôlé la mort en 2010 au guidon de sa BMW HP2 Megamoto.
«Tu sais, je me suis cassé 10 os dans cet accident, c'était assez intense. J'ai été aux soins intensifs pendant trois semaines et après, ça m'a pris une couple d'années de physiothérapie», avoue-t-il à propos de sa collision avec une cabine téléphonique alors qu'il tentait d'éviter une voiture qui avait tourné brusquement devant lui.
Assurant qu'il est maintenant à 100 % de ses capacités, le natif de Hull est heureux de renouer avec la capitale et son Festival d'été, auquel il avait participé pour la dernière fois en 2005. «C'est une ville tellement belle, et j'adore y revenir», indique celui qui s'est également produit il y a quelques jours en ouverture du Festival de jazz de Montréal avec Emmylou Harris et Trixie Whitley.
L'artiste était heureux de partager de nouveau la scène avec Whitley, avec qui il avait travaillé au sein du groupe Black Dub, qui n'a fait paraître qu'un album, en 2010. «J'aurais aimé en faire plus, mais on a eu des problèmes avec le bassiste Daryl Johnson, qui s'est ramassé en prison, et le batteur Brian Blade était très occupé avec ses projets jazz. Ce sont tous des gens super, de brillants musiciens, mais géographiquement et émotionnellement, on était à des endroits différents», philosophe-t-il.
Une impro sur la ville
À Québec et dans la tournée qu'il prépare dans la Belle Province à l'automne, Lanois sera accompagné du batteur Steven Nistor et du bassiste Jim Wilson, du trio Mother Superior et ex-membre du Rollins Band.
«Ce sera agréable de rejouer mes chansons canadiennes-françaises comme Jolie Louise, The Collection of Marie-Claire, Under a Stormy Sky et O Marie. J'aime les jouer pour les gens qui aiment les entendre, et le Québec est mon meilleur public pour ça. J'amènerai aussi ma steel guitar, et il y aura une portion instrumentale au spectacle», poursuit-il.
Lanois a également l'intention de conserver une habitude prise durant la tournée européenne qu'il vient de compléter avec Emmylou Harris, dont il assurait la première partie en plus de l'accompagner durant le programme principal.
«C'est du nouveau matériel que j'ai développé en Europe, une impro dont je crée les paroles en me basant sur la ville où je joue. C'est très spontané, et ce sera la première fois que je le ferai en Amérique.»
Celui qui a produit des albums mythiques comme The Unforgettable Fire et The Joshua Tree de U2, So de Peter Gabriel et Oh Mercy de Bob Dylan a pour l'instant décidé de mettre de côté la production afin de se concentrer à la création.
«J'ai arrêté la production pour un bout, ça me demande beaucoup et je suis très occupé avec mes propres projets. J'aimerais faire paraître un album instrumental à la steel guitar et j'ai aussi un autre projet d'album, également instrumental, sur l'étiquette Anti. La Force est avec moi, j'explore de nouveaux territoires sonores!» illustre-t-il.
Lanois affirme d'ailleurs être toujours en excellents termes avec U2, dont il ne travaillera cependant pas sur le prochain album - même s'il avait participé à la production des trois derniers. «Je pense qu'on en avait assez de travailler ensemble!» lance-t-il en riant. «Blague à part, j'ai vu les gars de U2 à L.A. pour la fête de Bono en mai. J'ai joué un peu de steel guitar pour lui, et il a apprécié.»
À cette occasion, Lanois a également pu entendre en primeur une partie du nouveau matériel de la bande à Bono. «Ce sera très bon, très puissant, très innovateur, ça, c'est certain», affirme-t-il au sujet de l'album à venir qui sera produit en partie par Brian Joseph «Danger Mouse» Burton.
Vous voulez y aller?
Qui: Daniel Lanois
Quand: 9 juillet, à 21h45
Où: parc de la Francophonie
Accès: laissez-passer