Metal, Hellalujah, de Dance Laury Dance

Dance Laury Dance: lourdeur assumée ***1/2

Les gars de Dance Laury Dance l'avaient dit : ils voulaient un son plus lourd, plus metal pour leur nouvel album.
Mission accomplie avec Hellalujah, un disque plus fini, mieux ficelé, plus lourd et plus rapide que son précédent effort, Living for the Roll (2011). Le quintette a pris une bonne décision en plaçant en avant-plan ses deux nouveaux guitaristes, Philippe Lemire et Thomas Bouchard, qui multiplient les solos élaborés et assurent avec des riffs lourds et accrocheurs balancés à 100 à l'heure. Entièrement instrumentale, la première pièce, Eternal Death & Brain Caviar, donne d'ailleurs bien le ton. L'album présente aussi l'évolution de Dance Laury Dance depuis leur première partie de Metallica sur les Plaines en 2011. On y découvre entre autres les amitiés liées en tournée (Liam Cormier des Cancer Bats donne la réplique à Max Lemire sur No One Left to Blame) et le coup de foudre pour la ville d'Austin lors de leur passage au festival South by Southwest (Austin, Tx). Il faut reconnaître que Dance Laury Dance a travaillé fort ces trois dernières années et le groupe mériterait de voir ses efforts récompensés par une plus grande visibilité au sud de la frontière.