Plusieurs des manifestants tenaient dans leurs mains une feuille de papier sur laquelle on pouvait lire: «Aux voleurs, la police vole des vies».

Cycliste heurté par la police: une vigile alliant colère et tristesse

La frustration et l'incompréhension étaient palpables devant l'église Saint-Roch, en fin d'après-midi, jeudi, où plus d'une centaine de personnes se sont réunies pour rendre hommage à Guy Blouin, le cycliste de 48 ans décédé après avoir été happé par une autopatrouille de la police de Québec, mercredi après-midi, dans la rue Saint-François Est.
«Aux voleurs, la police vole des vies», pouvait-on lire sur de nombreuses affiches distribuées aux participants de cette vigile. Durant celle-ci, des artistes ont entonné la chanson Si Dieu existe de Claude Dubois à quelques reprises et plusieurs personnes ont signé un livre de condoléances qui sera remis aux proches de la victime. Une minute de silence a aussi été observée en mémoire de Guy Blouin.
Parmi cette foule, de nombreuses personnes marginalisées qui ne portent pas les policiers dans leur coeur et qui n'ont pas hésité à parler «d'assassinat» et de «meurtre» pour faire référence à l'enchaînement d'événements qui a coûté la vie à M. Blouin.
«Envoyez-les en prison!» a d'ailleurs lancé un des manifestants, en parlant des policiers de Québec impliqués dans cette intervention qui a mal tourné.
«On voulait faire quelque chose afin de permettre aux gens de rendre hommage au monsieur et pour permettre aux citoyens de ventiler un peu», a expliqué Jean Fortin, un résident du quartier qui ne connaissait pas la victime, mais qui a tout de même pris la peine d'organiser la vigile.
M. Fortin a été témoin de la scène quand la voiture de police a reculé sur le cycliste, alors que celui-ci se déplaçait en vélo dans la rue Saint-François Est.
«C'est sûr qu'il y a eu des affaires bizarres dans cette intervention-là, a lancé M. Fortin. J'ai pas compris pourquoi un des policiers a gardé le monsieur au sol en lui plaçant un genou dans le dos, alors qu'il venait d'être frappé par la voiture. Et quand ils l'ont déplacé vers l'ambulance, les policiers n'ont pas été très délicats avec lui. Je m'aurais attendu à ce qu'ils soient moins raides avec lui, alors qu'il venait d'avoir un accident.»
Plusieurs questions demeurent sans réponse à la suite de cette intervention policière qui s'est très mal terminée mercredi. On ne connaît toujours pas les raisons qui ont poussé les policiers municipaux à s'intéresser à cet homme.
Jeudi matin, la Sûreté du Québec a confirmé le décès de M. Blouin. Les enquêteurs de la police provinciale ont passé la journée de jeudi à recueillir des témoignages dans le quartier Saint-Roch. Ils étaient sept ou huit policiers à interroger les gens, dont quelques-uns avaient été témoins de l'accident de mercredi. Les experts en enquête collision reviennent aujourd'hui pour reconstituer la scène. Ils auront même en leur possession un mannequin pour personnifier la victime.
M. Fortin a confirmé qu'une autre vigile aura lieu aujourd'hui, dès 13h, devant l'église Saint-Roch. Des membres de la famille immédiate de M. Blouin pourraient d'ailleurs s'y présenter, a avancé M. Fortin, pour partager leur chagrin avec leurs concitoyens.
Tard en soirée jeudi, des activistes ont aussi annoncé par les réseaux sociaux qu'une manifestation aurait lieu vendredi, dès 23h, pour dénoncer la mort de M. Blouin. Avec la collaboration de Jean-François Néron
<p>L'affiche a été installée tout près de l'endroit où les gens peuvent signer le livre de condoléances qui sera remis à la famille de la victime.</p>
La famille, discrète
Un ou des membres de la famille immédiate de Guy Blouin sont passés discrètement sur le parvis de l'église Saint-Roch, au cours de la soirée de jeudi, afin d'y laisser un message d'amour destiné au disparu. L'affiche a été installée tout près de l'endroit où les gens peuvent signer le livre de condoléances qui sera remis à la famille de la victime. Des proches de M. Blouin pourraient se présenter vendredi à la vigile qui aura lieu dès 13h, toujours sur le parvis de l'église