Couronnement de la reine et visite des Femen

Près de 18 ans après avoir vu le Carnaval de Québec enterrer bien creux sous la neige le concept des duchesses, Mélissa Dumont est devenue vendredi soir la toute première reine nouvelle génération du rendez-vous hivernal de la capitale. Et signe que le concours des duchesses soulève encore de la controverse, deux militantes féministes radicales des Femen ont perturbé le couronnement, en se jetant à moitié nues à quelques mètres de Bonhomme et de ses duchesses.
<p>Deux Femen ont interrompu les festivités d'ouverture du Carnaval de Québec.</p>
En dépit de cette manifestation tout sauf prévue dans ce lancement du 60e Carnaval de Québec, la duchesse des Rivières flottait sur un nuage vendredi soir après son couronnement. «Je suis super comblée. Je l'étais déjà en tant que duchesse, mais là, je pense que c'est la cerise sur le sundae!» a lancé la femme de 22 ans.
Mélissa Dumont a été sacrée reine du Carnaval 2014 à la suite d'un long tirage au sort, où plus d'une dizaine de capsules ont été pigées par des commanditaires et des politiciens. Les capsules avaient été octroyées aux sept duchesses selon leurs effigies vendues et la qualité des événements tenus dans les duchés.
Nouvelle partenaire féminine de premier plan de Bonhomme, Mélissa Dumont aura donc pour tâche de représenter le Carnaval en cette année de renouveau et de grand questionnement. Trop de pression sur les épaules? «Non, non, pas du tout! Moi, j'ai été choisie pour mon authenticité, et je vais rester authentique tout le long de cette aventure. Que ça fasse 18 ans que les duchesses n'ont pas existé, ou que ça fasse trois ans qu'elles soient revenues, je vais tout le temps rester la même personne», assure celle qui portera désormais la tuque officielle de la reine.
Arrestation de militantes
La soirée de couronnement lançant les festivités a bien failli dérailler vendredi soir devant le Palais de Bonhomme et a donné des sueurs froides aux agents de sécurité. À quelques minutes à peine de l'annonce de la reine, deux militantes du mouvement féministe radical Femen se sont précipitées vers la scène, à moitié nues.
Les deux femmes ont dénoncé à grand cri le retour des duchesses orchestré par le Carnaval. Les mots «Esclavage stylisé» se lisaient sur leurs poitrines dénudées et elles ont hurlé «Carnaval patriarcal» devant une foule de quelques milliers de personnes, dont plusieurs enfants.
Les agents de sécurité et les policiers ont toutefois pu intercepter les deux militantes juste avant qu'elles ne grimpent sur scène. Elles se sont vivement débattues, et leur arrestation a été longue et ardue. Les forces de l'ordre ont finalement escorté les manifestantes en les traînant dans les airs, en tentant tant bien que mal de les couvrir. Elles ont quitté les lieux dans des voitures de police.
Pendant ce temps, le couronnement de la reine a suivi son cours, sans vraiment être interrompu. La nouvelle élue du festival hivernal Mélissa Dumont a assuré ne pas avoir du tout été dérangée par ce coup d'éclat. «En fait, je pense qu'il y aura toujours des gens qui vont se manifester d'une telle sorte. On continue à vivre quand même», a-t-elle déclaré. «Je respecte leurs opinions. C'est sûr que moi, j'en ai une par rapport à ça. L'expérience que je vis en ce moment, c'est une expérience qui est tellement enrichissante, autant professionnellement que personnellement parlant. Je ne pourrais pas être plus comblée.»
Labeaume absent
Un absent notoire vendredi au lancement du Carnaval : le maire de la capitale. Régis Labeaume a en effet décidé de s'envoler vers New York dès vendredi pour assister au match du Super Bowl de dimanche. Le ministre fédéral Denis Lebel représentait le gouvernement fédéral. Le gouvernement du Québec n'a envoyé aucun député ou ministre de la région de Québec pour souligner le 60e Carnaval de Québec. Le député de Sherbrooke, Serge Cardin, était plutôt le représentant de l'Assemblée nationale.