La semaine dernière, on pouvait lire sur Facebook qu'une jeune fille de Baie-Comeau aurait été poignardée à plusieurs reprises.

Coups de couteau imaginaires sur Facebook, accusation réelle contre une ado

Un canular vraisemblablement créé de toutes pièces sur les réseaux sociaux pourrait coûter cher à une jeune d'âge mineur de Baie-Comeau, qui sera formellement accusée sous peu de méfait public pour avoir inventé une histoire d'agression.
La semaine dernière, on pouvait lire sur Facebook qu'une jeune fille de Baie-Comeau aurait été poignardée à plusieurs reprises. La «nouvelle», qui s'est rapidement retrouvée sur toutes les lèvres, a évidemment inquiété de nombreux citoyens, surtout que l'histoire tendait à laisser croire que le présumé agresseur courait toujours.
Devant la gravité du cas, un citoyen a signalé le dossier à la Sûreté du Québec, qui a bien sûr ouvert une enquête sur-le-champ. Toutefois, lundi dernier, les policiers en sont venus à la conclusion que la prétendue agression n'a jamais eu lieu et que l'hypothèse que quelqu'un agresse les gens dans les rues avec un couteau dans la région est hautement improbable.
Comme le canular a entraîné une enquête policière pour rien, les policiers ont transmis le dossier au bureau de Baie-Comeau du Directeur des poursuites criminelles et pénales, qui a décidé de déposer des accusations de méfait public contre une jeune fille de 16 ans.
Un mandat d'arrestation a été lancé mercredi contre elle, mais il n'avait toujours pas été exécuté en fin d'après-midi jeudi. Selon la SQ, le mandat sera exécuté dans les plus brefs délais, sans préciser pourquoi l'arrestation n'a pas encore eu lieu.
Cette très mauvaise blague a cependant le mérite de rappeler à tous qu'il faut agir avec la plus grande circonspection quand il s'agit d'informations qui circulent sur les réseaux sociaux, a souligné la Sûreté du Québec.