Jade Morillon Morissette

Couple colombien fauché: pluie d'accusations contre Jade Morillon-Morissette

Dix jours après la violente collision qui a fauché un couple de jeunes Colombiens, Jade Morillon-Morissette a été accusée de conduite avec capacités affaiblies ayant causé la mort, de conduite dangereuse causant la mort et de négligence criminelle ayant causé la mort d'Ingrid-CarolinaZamorano-Pabon, 30 ans, et de Julian-Esteban Muneton-Vasquez, 29 ans.
L'enquête de la police de Québec a permis à la Couronne de déposer les graves accusations contre la conductrice de 27 ans. Après son arrestation, Jade Morillon-Morissette avait été d'abord accusée de conduite avec capacités affaiblies et de non-respect des conditions.
Morillon-Morissette traînait déjà depuis 2013 une cause de conduite en état d'ébriété. Elle avait été remise en liberté sans interdiction de conduire ou de consommer de l'alcool.
La police de Québec ne disposait que de peu de témoins visuels de l'accident survenu en soirée le 30 août, à l'intersection de la 18e Rue et de la 4e Avenue dans Limoilou.
Le module de contrôle du véhicule de la conductrice Morillon-Morissette devait être expertisé pour mieux comprendre les circonstances de l'accident.
Ingrid-Carolina Zamorano-Pabon, enceinte, est morte dans les minutes suivant la collision, tout comme son conjoint. Le couple était arrivé au Québec il y a environ un an. Leur décès a fortement secoué la communauté colombienne de Québec, qui a suivi assidûment les procédures.
D'abord prévue pour mardi, l'enquête sous cautionnement de Jade Morillon-Morissette a été reportée au 16 septembre. L'avocat de la défense, Me Simon Roy, a indiqué vouloir obtenir la divulgation de preuve en lien avec les nouvelles accusations. Il souhaite aussi analyser les photos des techniciens en scène de crime.
Comme ce fut le cas lors de chacune des étapes judiciaires, de nombreux membres de la communauté colombienne de Québec étaient de retour au palais de justice.
La famille de Jade Morillon-Morissette prenait place non loin d'eux, dans la salle des comparutions.
Le diacre Arismendy Lozada a indiqué que le dépôt des nouvelles accusations n'apportait que peu de soulagement. «On ne peut pas avoir de la joie par rapport à la douleur d'une autre famille», a-t-il souligné.
M. Lozada a d'ailleurs été contacté par la mère de Jade Morillon-Morissette qui lui a , dit-il, demandé pardon pour les gestes de sa fille.
Les familles des victimes attendent toujours d'obtenir tous les visas pour venir au Québec assister aux funérailles de Ingrid-Carolina et Julian-Esteban.