L'Américain Rickie Fowler s'échauffait lors des rondes d'entraînement de la Coupe des Présidents, à Jersey City, au New Jersey.

Coupe des Présidents: de l'espoir pour le «Reste du monde

Les golfeurs du «Reste du monde» veulent mettre un terme à une série de six revers d'affilée face aux Américains à la Coupe des Présidents, qui se déroule de jeudi à dimanche à Jersey City (New Jersey).
L'espoir est permis du côté de l'équipe internationale, qui peut se baser sur sa défaite par un petit point, concédée aux Américains en 2015, à Icheon en Corée du Sud. «Je pense qu'il y a plus d'optimisme», a affirmé, enthousiaste, l'Australien Adam Scott (37 ans), tête de proue de l'équipe internationale et ancien numéro un mondial qui participe à sa huitième Coupe des Présidents. «Même si nous n'avons pas gagné en Corée du Sud, nous avons prouvé, au moins à nous-mêmes et aux autres, le calibre des joueurs du "Reste du monde".»
Côté américain, malgré une seule défaite (1998) et un petit match nul (2003) concédés depuis la première édition, en 1994, on se méfie de l'équipe du «Reste du monde», qui dispose notamment du troisième joueur mondial dans ses rangs, le Japonais Hideki Matsuyama.
«Si vous regardez l'équipe internationale, l'effectif est de qualité et il y a de la profondeur. Si on leur laisse des opportunités, ils en profiteront pour nous battre», a prévenu l'Américain Phil Mickelson, auteur de cinq victoires en Grand Chelem et seul golfeur à avoir participé à toutes les éditions de la Coupe des Présidents.
Le trophée est mis en jeu tous les deux ans entre les États-Unis et le «Reste du monde», sauf l'Europe, qui dispute déjà la Coupe Ryder contre les États-Unis dans un tournoi similaire. La Coupe des Présidents a d'ailleurs du mal à rivaliser avec l'aura de la compétition reine. Pourtant, six des dix meilleurs joueurs mondiaux sont présents à Jersey City, dont les Américains Dustin Johnson et Jordan Spieth, respectivement numéro 1 et 2 mondiaux.
Capitaine Tiger
Les Américains pourront miser sur un capitaine adjoint illustre : Tiger Woods. «Je suis ravi d'être ici avec tous ces jeunes et notre capitaine», a indiqué l'ancien numéro un mondial, toujours en convalescence après son opération au dos en avril. 
«J'ai joué la Coupe Ryder, la Coupe des Présidents avec tout le monde. Nous allons avoir beaucoup de plaisir cette semaine», a affirmé l'homme aux 14 victoires en Grand Chelem.
Revenant sur sa convalescence, Woods a avoué «ne pas savoir ce que sera son avenir. Chaque chose en son temps. Je vais d'abord me préoccuper de ma santé afin d'être sûr de ne plus avoir de douleurs. Ensuite, j'attendrai ce qui me dira mon chirurgien. Je m'entraîne, je deviens plus fort, mais je n'ai pas encore travaillé les muscles qui servent à faire du golf.
«La douleur a disparu, mais je ne sais pas comment mon corps réagira parce que je n'ai pas encore frappé une balle de golf. Alors, cela va prendre du temps et il faut être patient», a conclu l'assistant du capitaine Steve Stricker, en compagnie de trois autres adjoints : Fred Couples, Davis Love et Jim Furyk.