Depuis qu'il a visité l'ovale olympique de Calgary, en janvier 2012, Régis Labeaume est convaincu qu'un anneau doit être associé à la recherche scientifique. Le recteur de l'Université Laval, Denis Brière, n'a toutefois pas encore fait connaître sa position.

Couillard tient à l'anneau, au Diamant et aux Nouvelles Casernes

Pas question de toucher à l'anneau de glace ni au Théâtre Le Diamant, ni au projet de conversion des Nouvelles Casernes, dit Philippe Couillard qui a même «hâte d'être à l'inauguration» de l'anneau de glace de 100 millions $.
Contrairement au chef caquiste, François Legault, le chef du Parti libéral a assuré qu'un gouvernement Couillard ne changerait rien au financement de ces projets «importants» pour la région de Québec.
«On va les maintenir, ces projets. Ils vont rester là», a certifié M. Couillard en conférence de presse en marge d'une annonce sur l'aide aux PME à l'École d'entrepreneurship de Saint-Georges de Beauce jeudi matin.
«Je suis quand même surpris d'entendre M. Legault là-dessus», a-t-il ajouté.
Mercredi, M. Legault de la Coalition avenir Québec a annoncé qu'il ferait un X sur l'anneau de glace couvert, le Théâtre Le Diamant de Robert Lepage et la mise en valeur des Nouvelles Casernes, un bâtiment militaire hérité du Régime français situé près de L'Hôtel-Dieu.
Ces projets, qui totalisent 90 millions $ d'investissements, sont dans l'air depuis des années et sont chers au maire Régis Labeaume. Mais ils sont trop dispendieux aux yeux de M. Legault, qui les rayerait de la carte au nom de ce qu'il appelle la «révolte des contribuables».
Philippe Couillard pense qu'au contraire, de tels investissements sont compatibles avec son discours à saveur économique. «Il faut continuer à développer nos infrastructures sportives et culturelles. Nous, on y croit à ces projets-là. C'est important pour l'économie du Québec. Une infrastructure est un outil de développement pour une société», a dit M. Couillard.
Il rappelle que le gouvernement libéral avait été le premier à annoncer 30 millions $ dans le Théâtre Le Diamant en juillet 2012.
Un budget libéral reconduirait aussi les 32,5 millions $ pour l'anneau de glace couvert, a assuré Philippe Couillard. «J'ai hâte d'être à l'inauguration» a-t-il ajouté à propos de ce projet de 97,5 millions $.
Avant le déclenchement des élections, le gouvernement péquiste de Pauline Marois avait inscrit la somme de 32,5 millions $ pour l'anneau dans son budget présenté le 20 février. Le gouvernement fédéral avait aussi annoncé qu'il injectera 32,5 millions $. La Ville de Québec fera de même.
Quant aux Nouvelles Casernes, la ministre libérale de la Culture de l'époque, Christine St-Pierre, avait promis, à l'été 2012, 20 millions $ sur six ans pour rénover cet édifice historique, une somme reconduite par le gouvernement péquiste après les élections de septembre 2012.
La culture, une «vraie affaire»?
Deux de ces trois grands projets que Philippe Couillard s'engage à perpétuer s'il est élu touchent la culture. Or, il n'a toujours pas été question de ce thème pendant les neuf premiers jours de campagne, les annonces concernant jusqu'à maintenant les «vraies affaires» que sont, selon le slogan libéral, l'économie, l'emploi, l'éducation et la santé. Mais il y aura de la place pour la culture, a assuré le chef libéral jeudi. «Oui, la culture, c'est important, mais il faut avoir les moyens collectifs de soutenir les organismes culturels, a-t-il dit. On va revenir en temps et lieu sur cette question.»
Montée dans la région
Philippe Couillard est resté prudent lorsque questionné sur la légère montée de son parti dans la région de Québec, tel que révélé par un sondage Léger du FM93, qui le positionne en première place, avec 39 % des intentions de vote devant le PQ (32 %) et la CAQ (19 %).
Le chef libéral, qui dit souvent «qu'un vote pour la CAQ est un vote pour le PQ», pense toutefois que les électeurs de la capitale peuvent en effet avoir l'intention de voter libéral pour contrer le PQ maintenant qu'à ses yeux, l'enjeu référendaire de l'actuelle campagne est maintenant clair.
«Les gens disent: on ne veut plus de ce gouvernement-là. On ne veut plus entendre parler de séparation et de référendum», a-t-il dit à propos du PQ. «Les gens le disent: "Il est clair qu'on ne divisera pas le vote, si on veut changer le gouvernement, la seule alternative crédible est le Parti libéral du Québec".» Et ce, partout au Québec, selon M. Couillard, qui a refusé de se lancer dans le jeu des prédictions pour la région de la capitale.
«On va prendre le plus de comtés qu'on peut pour avoir un gouvernement majoritaire», a-t-il simplement commenté.