«Je n'en reviens pas», a commenté le meneur des libéraux,  Philippe Couillard, en point de presse à Sherbrooke.

Couillard sent un vent de «panique» se lever au PQ

Les allégations du PQ à  propos du scrutin du 7 avril qui «pourrait être volé par des gens de l'Ontario» sont «grotesques» et relèvent de la tentative «d'intimidation» contre le DGE, accuse le chef libéral Philippe Couillard.
Le meneur des libéraux est apparu tout sourire, ce matin, à Sherbrooke, au lendemain de la mise au point effectuée par le Directeur général des élections. Celui-ci n'a «rien trouvé d'anormal» à propos d'une hausse d'inscriptions chez «les gens de l'extérieur [de la province]».
«Je n'en reviens pas», a commenté M. Couillard, en point de presse. «Mme [Pauline] Marois devrait rappeler ses porte-parole à l'ordre», a-t-il précisé en visant le ministre sortant de la Justice.
«C'est littéralement une tentative d'intimidation d'une institution indépendante qu'est le DGE. C'est encore une fois une diversion», a-t-il poursuivi en prédisant qu'il y en aura bien d'autres de la part des péquistes. «Pourquoi? Parce qu'ils ne sont pas capables d'affronter la réalité de leur bilan économique.»
Le meneur du PLQ a mis ce dossier sur le compte d'un vent de «panique» qui se lèverait, selon lui, sur le camp de ses principaux adversaires. «Je remarque les premiers signes de panique chez le Parti québécois.
«Dans ce temps-là, on s'accroche à tout ce qui passe, littéralement. Ils [les péquistes] se sont dit: on va lancer ça, "à soir, on fait peur au monde" pour amener les Québécois à se sentir menacés, assiégés. Malheureusement, l'immense "balloune" s'est dégonflée en quelques heures.»
Prochain débat
À quelques jours du second débat télévisé, Philippe Couillard a laissé entendre que, finalement, il ne servira pas à Pauline Marois les «quatre, cinq questions» sur le «deal» entre son mari Claude Blanchet et le Fonds de solidarité du Québec. Il se les réservait au cas où Pauline Marois l'aurait attaqué sur ses liens passés avec le Dr Arthur Porter.
Comme le ton a été correct, il ne s'en servira pas au deuxième combat des chefs. En fait, il ne les utilisera pas du tout. Elles ne contiennent aucune information nouvelle...
Par contre, Philippe Couillard s'est étonné de la charge contre lui menée par François Legault. Le fondateur de la Coalition avenir Québec a dénoncé l'éthique «élastique» des libéraux, évoqué la relation d'affaires qu'a eue le chef du PLQ avec le Dr Porter qui est accusé de fraude et promis d'en parler au second débat.
«M. Legault aura des réponses, a signalé Philippe Couillard. Mais c'est la première fois que je vois descendre M. Legault à ce niveau marécageux de la politique.»