Côte-Nord: un hydravion s'écrase avec six personnes à son bord

Un hydravion de la compagnie Air Saguenay s'est écrasé dimanche dans un secteur boisé au nord des Bergeronnes, sur la Côte-Nord. Plusieurs médias ont rapporté un bilan de quatre décès et deux disparus, mais les autorités ont refusé de confirmer ces informations.
L'appel d'urgence a d'abord été fait à la SQ en après-midi, peu après 14h, pour un appareil manquant à l'appel. Chargées des recherches d'aéronef, les Forces armées canadiennes ont déployé des appareils depuis la base de Bagotville et de Greenwood, en Nouvelle-Écosse, afin de survoler le secteur et de localiser l'hydravion. Des parachutistes ont également été déployés sur le terrain.
La carcasse n'était pas accessible par une route et a été repérée à six kilomètres des Bergeronnes, selon la sergente Nathalie Girard, agente d'information de la SQ. «C'est un endroit difficilement accessible», a-t-elle spécifié.
En fin de soirée, ni la SQ ni les Forces armées canadiennes n'étaient en mesure de fournir un bilan officiel de l'état de santé des six personnes à bord de l'hydravion.
Quatre morts d'abord rapportés
Le Quotidien a pourtant rapporté, citant une officière aux affaires publiques de la base de Bagotville, que quatre personnes avaient été trouvées mortes à bord de l'appareil. «Nous avons reçu l'appel vers 14h30, et le Griffon est arrivé sur place vers 15h40. C'est à 15 milles nautiques au nord de Tadoussac. J'ai eu des nouvelles du capitaine à 18h. Il y a quatre décès confirmés et deux personnes manquantes», a déclaré l'officière aux affaires publiques de la base militaire de Bagotville, Nadine Belley-Traoré.
Plus tard en soirée, les Forces armées ont diffusé un nouveau communiqué stipulant qu'elles n'étaient «pas en mesure de confirmer de décès à ce stade». La SQ est demeurée muette tout au long de la soirée sur l'état des occupants, refusant également de confirmer les propos de MmeBelley-Traoré.
Le Bureau de la sécurité des transports du Canada (BST) a dépêché une équipe d'enquêteurs sur les lieux de l'écrasement pour y recueillir des informations et établir les circonstances de l'accident. Ils devaient arriver à Tadoussac en fin de soirée, dimanche. Une fois sur place, ils devaient discuter avec les autorités concernées pour trouver le meilleur moyen d'accéder au lieu de l'accident, a expliqué Julie Leroux, porte-parole du BST.
L'hydravion avec à bord cinq passagers et un pilote a décollé des eaux du lac Long à Lac-Bouchette, au Saguenay-Lac-Saint-Jean, avant de s'écraser aux Bergeronnes, a ajouté Mme Leroux.
Diverses pistes seront analysées, dont les conditions météorologiques au moment de l'accident. Avec Le Quotidien et La Presse Canadienne