Yves «Colosse» Plamondon

«Colosse» Plamondon demande un arrêt des procédures

En attente d'un nouveau procès pour trois meurtres commis au cours des années 80, Yves «Colosse» Plamondon demande l'arrêt des procédures et souhaite être libéré de ces accusations très graves.
Dans une requête déposée à la Cour supérieure, les avocats de Plamondon, Me Daniel Rock et Me Catherine Beaupré, estiment que leur client n'aura pas le droit à une défense pleine et entière, si le nouveau procès se met en branle comme prévu au mois d'avril. C'est qu'à ce moment-ci, la défense dit être toujours en attente de la preuve qui sera présentée au tribunal, si le procès a bel et bien lieu.
Dans ce contexte, les procureurs de Plamondon affirment ne pas être en mesure de préparer la défense de leur client de façon convenable, ce qui violerait les droits de l'accusé. En annexe de leur requête, les procureurs Rock et Beaupré ont présenté des courriels envoyés à la Couronne, dans lesquels ils demandaient de pouvoir mettre la main sur des éléments de preuve. Les avocats de la défense affirment n'avoir jamais eu de réponse à ces communications.
Après plusieurs années de démarches judiciaires, la Cour d'appel a cassé en novembre dernier le jugement de culpabilité de 1986 rendu contre Plamondon, parce qu'au moment du procès de première instance, la défense n'avait pas reçu copie des déclarations de deux témoins.
La requête en arrêt des procédures sera présentée devant le juge Richard Grenier dès vendredi, mais ce sera pour la forme. Une date devra être déterminée pour que les deux parties débattent sur le fond de cette requête.
Colosse Plamondon est pour sa part en liberté provisoire depuis quelques semaines et il vit chez son frère dans le quartier Saint-Sauveur.