Femme exceptionnelle et d'une vivacité incroyable, l'écrivaine Claire Martin  se confie à visière levée aux réalisateurs Jean-Pierre Dussault et Jean Fontaine.

Claire Martin : l'éloge de l'âge

Qui ne connaît pas Claire Martin passe à côté du plus bel exemple de l'art de vieillir. À 94 ans, la doyenne des lettres québécoises est d'une vivacité incroyable, l'esprit alerte, la soif d'apprendre toujours aussi grande. «Elle a tous les âges. Parfois on a l'impression d'être en présence d'une gamine», confie l'éditeur Gilles Pellerin.
Quand je serai vieille, je rangerai mon stylo est un titre qui va à merveille au documentaire consacré à cette femme exceptionnelle, une citoyenne de Québec, qui se confie à visière levée aux réalisateurs Jean-Pierre Dussault et Jean Fontaine. Entendre Claire Martin se raconter, avec sa diction impeccable, c'est revenir sur un temps, pas si lointain, où être femme au Québec signifiait vivre comme en citoyen de seconde zone.
À force de ténacité, Claire Martin a réussi à devenir la première voix féminine à la radio CBV de Radio-Canada. En 1945, c'est elle qui annoncera sur les ondes la fin de la Seconde Guerre mondiale. Vingt ans plus tard, elle signe son autobiographie, Dans un gant de fer, le premier ouvrage ouvertement féministe de la littérature québécoise, où elle règle ses comptes avec un père monstrueux et l'univers étouffant des couvents de religieuses.
De ce père infâme, Claire Martin avoue à la caméra : «Je ne croyais rien de ce que disait cet homme. Je n'ai jamais rencontré quel­qu'un d'aussi mauvais jugement. Tout était défendu avec lui. Il était contre la lecture, surtout pour les femmes. Il était toujours fâché. Quand il ne l'était pas, ça le mettait de mauvaise humeur», dit-elle, dans un éclat de rire qui ne laisse paraître aucune amertume ou colère.
La résilience et la capacité de surmonter le malheur, Claire Martin connaît. Ce touchant témoignage sur sa vie, encore si pleine, s'avère une véritable leçon de bonheur et de dépassement de soi.
Chapeau Madame Martin! À vous voir et à vous entendre, pimpante et lucide, le moment de ranger votre stylo est encore loin...