Endorphine

Cinéma québécois: la qualité avant la quantité

Alors qu'on ne savait plus où donner de la tête, l'an dernier, tellement il y avait de films québécois de qualité, cet hiver sera beaucoup plus tranquille. Bien sûr, il y a le retour d'André Turpin à la réalisation, celui de Louis Bélanger après une absence de cinq ans et le nouveau Denis Côté, qui sera présenté au Festival de Berlin. Bref, la qualité plutôt que la quantité - en théorie...
Endorphine (date de sortie: 22 janvier)
Depuis ses sept Jutra pour Un crabe dans la tête (2001), André Turpin a assumé la direction photo de certains des meilleurs films de Denis Villeneuve (Incendies), Xavier Dolan (Mommy) et Philippe Falardeau (C'est pas moi, je le jure!). Son retour à la réalisation se veut sans concession, un superbe film d'auteur déroutant. Ce récit hypnotique suit Simone, une jeune ado qui assiste fortuitement au meurtre de sa mère, à diverses étapes de sa vie et des répercussions du traumatisme sur celle-ci. Pour cinéphiles avertis.
Premières neiges (date de sortie: 29 janvier)
<p><em>Premières neiges</em></p>
Le film de Michael Rowe est surtout québécois dans sa distribution et dans le regard qu'il porte sur notre hiver puisque le réalisateur est australo-mexicain. Pour son troisième long métrage, il s'est attardé au destin d'un couple en apparence banal qui commence à se fissurer quand David (Paul Doucet) soupçonne Maya (Suzanne Clément) de le tromper. Premières neiges (Early Winter) a obtenu le prix du jury aux Venice Days en septembre. Rowe est un habitué des récompenses: Année bissextile a obtenu la Caméra d'or au Festival de Cannes, en 2010.
Chasse-galerie : la légende (date de sortie: 26 février)
La petite histoire retiendra que le film de Jean-Philippe Duval devait prendre l'affiche aux Fêtes, mais que ses producteurs ont prudemment reporté sa sortie pour laisser toute la place au septième chapitre de Star Wars. On a bien hâte de voir ce que le cinéaste de Dédé, à travers les brumes (2007) a concocté avec cette célèbre légende de notre patrimoine et une distribution prometteuse : Caroline Dhavernas, Francis Ducharme, François Papineau, Hubert Proulx, Vincent-Guillaume Otis, Germain Houde, Fabien Cloutier, Samian...
Boris sans Béatrice (date de sortie: 4 mars)
<p><em>Boris sans Béatrice</em></p>
Denis Côté est devenu un habitué du Festival de Berlin, où il a d'ailleurs remporté l'Ours d'argent de l'innovation en 2013 pour Vic + Flo ont vu un ours. Boris sans Béatrice sera également en compétition officielle à la prochaine Berlinale, en février. Ce très attendu long métrage marque une certaine rupture de ton, puisqu'il s'attarde à un homme riche et orgueilleux (James Hyndman) qui trompe sa femme et l'entraîne vers une longue et pénible dépression. On note aussi dans la distribution la présence de Denis Lavant, acteur fétiche de Léos Carax. Vivement la sortie québécoise.
Les mauvaises herbes (date de sortie: 11 mars)
<p><em>Les mauvaises herbes</em></p>
Louis Bélanger (Gaz bar blues) rêvait depuis longtemps d'un vrai film d'hiver. Les mauvaises herbes, tourné en 2015, comble le natif de Québec. Cette comédie à l'italienne, coscénarisée avec Alexis Martin, s'annonce rocambolesque : un acteur endetté (Martin), poursuivi par un usurier, trouve refuge dans une ferme isolée où un ermite fait pousser du pot. Une jeune femme devient leur «otage volontaire». Mais le monde extérieur ne les laissera pas en paix longtemps...
Aussi...
Bienvenue à F.L., Geneviève Dulude-De Celles, 22 janvier
Là où Attila passe, Onur Karaman, 29 janvier
Maman? Non merci!, Magenta Baribeau, 29 janvier
Mes ennemis, Stéphane Géhami, 5 février
Montréal la blanche, Bachir Bensaddek, 18 mars
L'origine des espèces, Dominic Goyer, avril