Charlesbourg a sa reine!

La duchesse de Charlesbourg, Claudine Julien, est devenue vendredi la reine du 63e Carnaval de Québec.
À 33 ans, la doyenne des sept duchesses, traductrice et mère de trois enfants, a été couronnée par Bonhomme au terme d'un tirage qui a tenu la foule en haleine, alors que le décompte s'annonçait serré.
Il fallait que le nom d'une duchesse soit tiré cinq fois pour que celle-ci soit acclamée reine. La 20e capsule a été la bonne pour Claudine Julien, qui était au coude à coude avec Marie-Laurence Nolin (Lévis).
Après des accolades de ses compagnes duchesses, toutes de blanc vêtues, et de ses enfants venus la féliciter sur scène, la nouvelle reine est allée avec Bonhomme prendre un bain de foule, alors que des centaines de personnes remplissaient le site devant le palais de glace.
Un peu plus tôt, un défilé de politiciens a procédé à la coupure de ruban protocolaire pour déclarer officiellement le Carnaval lancé.
La clé de la ville pour Bonhomme
Le maire de Québec, Régis Labeaume, a remis la clé de la ville à Bonhomme pour la durée du Carnaval, et a enjoint à la foule de profiter des festivités. «Prenez un p'tit verre, mais pas trop... et ne dites pas que c'est moi qui l'ai dit!» a-t-il lancé.
M. Labeaume s'est aussi réjoui d'entendre que des jeunes «ont le goût de venir» au Carnaval. Il avait tenu le même message plus tôt en journée : «J'ai des gens que je connais, des jeunes, qui m'ont dit qu'ils voulaient retourner au Carnaval. Je n'avais pas entendu ça depuis un bon moment. Ma source est excellente... elle vit dans la maison! Des jeunes veulent retourner au Carnaval parce qu'ils voient des choses attrayantes pour eux. C'est une très bonne nouvelle», a-t-il indiqué, saluant les efforts de l'organisation du Carnaval pour «redynamiser» la fête.
Clé de la ville en main, Bonhomme Carnaval a donné le ton : «C'est un party qu'on prépare, ça risque de brasser. Cette année, à Québec, on s'éclate!» 
Bûcherons, chalet et bière
L'organisation du Carnaval mise sur le Camp à Jos - nommé en l'honneur du bûcheron québécois Jos Montferrand - pour attirer une clientèle qui avait délaissé la fête d'hiver dans les dernières années, les 18-35 ans. En fait, il ne s'agit pas tant d'une question d'âge que d'un «style de vie», précise la directrice générale Mélanie Raymond. «Les gens qui aiment bouger sans avoir des jeunes enfants autour d'eux peuvent venir s'éclater ici. Il y a le défi trois-skis, le tir à la hache, l'orignal mécanique, la cabane à sucre urbaine, la glissade dans une pelle...» sans oublier le chalet où l'on peut déguster bières et saucisses, l'espace cocktails qui propose notamment un «caribou réinventé» par le mixologue Patrice Plante et la Boîte à musique avec des spectacles en 5 à 7 et en soirée.
Avec Valérie Gaudreau
Arts et techno s'invitent au Carnaval
Le Carnaval de Québec, qui souffle cet hiver ses 63 bougies, se donne un air cool en faisant une plus grande place dans sa programmation aux arts et à la technologie. 
Murales et graffitis, intégration de la réalité virtuelle et jeu vidéo géant sont notamment proposés aux festivaliers, en plus des activités traditionnelles que l'on trouve sur les nouveaux sites du Carnaval.
L'artiste de Québec Phelipe Soldevila a joué au cobaye pour les représentants des médias, vendredi après-midi, dans l'iglou jouxtant le palais de Bonhomme identifié comme un «atelier virtuel». 
Dans le faux iglou chauffé, M. Soldevila a mis le casque de réalité virtuelle qu'on lui tendait pour faire une démonstration de Tilt Brush : muni d'une manette - genre de pinceau interactif - et d'une palette à outils virtuels, le graffeur a montré comment il pouvait dessiner, sculpter et même habiller divers environnements (une planète dans un ciel étoilé, un mannequin, un bonhomme de neige, etc.).
«C'est comme si je n'avais jamais dessiné avant!» s'est exclamé l'artiste, soulignant les qualités «révolutionnaires» du travail en réalité virtuelle; les couleurs appliquées peuvent même changer au rythme de la musique qui résonne dans l'iglou.
Graffitis sur le château
Phelipe Soldevila s'est vu confier la mission de mettre de la couleur dans le palais glacé de Bonhomme. Spécialiste des murales - on lui doit notamment celle sur le site de l'ancien cinéma Charest -, le graffeur est à la tête d'une équipe qui est déjà à l'ouvrage pour créer en direct des oeuvres que les visiteurs du château pourront admirer. 
Une grande murale collective mais aussi des créations de duos et de trios d'artistes prendront forme au cours des trois fins de semaine du Carnaval. Soldevila créera aussi des oeuvres en solo et fera équipe avec le sculpteur de glace Marc Lepire - celui-là même derrière le palais de Bonhomme - pour élaborer une oeuvre inédite.
Dehors et géant
Du côté de Grande Allée, dont une portion située entre le parc de la Francophonie et la place George-V est aménagée pour les carnavaleux, on trouve le jeu vidéo géant Panique arctique, qui se joue à plusieurs et qui met en vedette... la glace! 
Sans en dévoiler davantage, disons que le jeu a été développé par Playmind, une entreprise montréalaise spécialisée dans la création d'environnements immersifs interactifs qui en est à sa première présence au Carnaval. «En créant une activité [de jeu vidéo] grandeur nature, ça permet de sortir et de vivre une expérience ensemble», indique le fondateur de Playmind, Emmanuel Sévigny.
La même équipe est derrière l'atelier virtuel présenté plus tôt. «La réalité virtuelle est vraiment en demande. Pour plusieurs personnes, c'est la première fois qu'ils pourront en faire l'essai», ajoute M. Sévigny.
Samedi au Carnaval...
• Début des activités sur les sites dès 10h
• Sculpture sur neige - volet national, en continu, Parc de l'Amérique-Française
• Prestations d'artistes à la Boule à neige de la Ville de Québec, 14h à 18h, Place D'Youville
• Boîte à musique : Duo Lemieux et La Chick-A-Dée, 17h à 19h30 et 20h à 22h, Camp à Jos, parc de la Francophonie
• Aussi : diverses activités associées au Carnaval sur la terrasse Dufferin, dans le quartier Petit Champlain et à la place Royale