Upper Lakes mènerait actuellement des négociations exclusives avec Zafiro Marine dans le but de conclure une entente finale.

Chantier Davie: un acheteur rejeté débouté en Cour

La requête visant à bloquer la vente des chantiers maritimes Davie n'a même pas été entendue par le juge de la Cour supérieure Marc Lesage, lundi matin, en raison de la présence de nombreux vices de procédure dans la demande d'injonction qui a été déposée par le demandeur, Ronald Carré, de Marine Industries Plus.
Cette procédure visiblement mal attachée n'est donc jamais passée près d'empêcher le groupe Upper Lakes de vendre la Davie à la société britannique Zafiro Marine. Le juge Lesage n'a même pas pris la peine d'écouter les arguments de M. Carré, car le document déposé ne ressemblait en rien à une demande d'injonction en bonne et due forme.
«C'est pas une demande d'injonction ça, c'est un communiqué de presse», a lancé le juge Lesage au visage de M. Carré.
Ce dernier disait entreprendre cette démarche au nom de sa compagnie. Pourtant, une personne morale doit être représentée par un avocat quand une demande d'injonction est déposée dans ce contexte, comme le prévoit le Code de procédure civile. Or, seul M. Carré était sur place pour défendre sa cause.
«Je ne suis pas avocat, mais j'ai une maîtrise en économie», a répondu M. Carré.
Celui-ci aurait tenté d'acheter la Davie en septembre, mais son offre aurait été refusée.
M. Carré dit avoir porté plainte à l'Unité permanente anticorruption afin que des enquêteurs se penchent sur les agissements des membres de la haute direction de la Davie.