CELI: pour plus de flexibilité

Depuis 2009, le compte d'épargne libre d'impôt (CELI) représente une intéressante solution de remplacement pour le REER. Il peut être plus avantageux d'y cotiser dans certaines circonstances, puisqu'il offre généralement une plus grande flexibilité.
Tout Canadien de 18 ans ou plus et muni d'un numéro d'assurance sociale valide peut déposer de l'argent dans un CELI. Une personne commence à accumuler des droits de cotisation à partir de sa majorité.
«Le CELI peut être un complément intéressant au REER», souligne Daniel Nolin, conseiller en finances personnelles et représentant en épargne collective à la Caisse Desjardins du Centre-ville de Québec. «Il a été instauré par le gouvernement fédéral en 2009 pour inciter les Canadiens à épargner davantage» puisque le taux d'épargne au pays est faible, explique M. Nolin.
Comme le REER, le CELI est un régime et non pas un véhicule de placement. En général, on peut déposer dans le CELI des placements semblables à ceux permis pour le REER, soit des certificats de placement garanti (CPG), des actions, des obligations, des parts de fonds communs de placement, etc. Il n'est cependant pas possible d'y placer des actions de Fonds de travailleurs.
Les cotisations au CELI ne donnent pas droit à une déduction fiscale, mais les retraits ne sont pas soumis à l'impôt. Le principal avantage de ce type d'épargne est que les revenus de placements s'accumulent à l'abri de l'impôt.
Vérifier le but
«Le CELI est tout indiqué pour un projet de voyage ou l'achat d'une voiture, par exemple. On parle d'un projet à plus court terme. L'important est de toujours vérifier le but à atteindre et de prendre un produit en lien avec son projet», indique Daniel Nolin.
Les véhicules de placement choisis doivent donc l'être en fonction de ce à quoi ils serviront. Par exemple, si vous prévoyez partir en voyage dans la prochaine année, il faudra privilégier des placements flexibles tels que des fonds, au lieu de faire un dépôt à terme, qui a une échéance.
Le CELI est aussi une option intéressante pour constituer un «coussin d'urgence», un montant facilement accessible en cas de pépin. Ceux qui ont déjà profité du Régime d'accession à la propriété (RAP) par l'entremise de leur REER peuvent également opter pour le CELI afin d'épargner pour l'achat d'une prochaine maison.
Maximum par individu
Daniel Nolin signale aussi qu'«il faut faire attention, parce que si on cotise au-delà de nos droits, on peut avoir une pénalité. Le total [des droits] est par individu, pas par institution financière. C'est la responsabilité [du cotisant] de vérifier ses cotisations globales [...]. On peut payer une pénalité de 1 % par mois si on excède le montant maximal».
Donc, peu importe que les cotisations au CELI soient faites dans une même institution financière ou dans plusieurs, le montant maximal annuel demeure le même par individu et ne peut se dédoubler.
-----
Un outil pour la retraite
Le CELI «peut être un excellent complément pour planifier sa retraite» et, dans certains cas, être l'outil à privilégier avant le REER, avance Carl Yergeau, analyste en planification financière avancée chez Industrielle Alliance.
Les individus ayant un faible revenu auront intérêt à se tourner vers le CELI pour sa flexibilité, indique M. Yergeau. L'argent épargné leur est accessible plus facilement en cas de besoin. Aussi, comme ils n'ont pas ou peu d'impôt à payer, cotiser à un REER devient alors moins intéressant puisqu'ils ne profiteront pas vraiment des déductions fiscales.
C'est aussi le cas, par exemple, pour les étudiants à temps plein qui travaillent à temps partiel et qui ont droit à des crédits d'impôt pour leurs études.
Les jeunes ménages qui ont un taux d'imposition peu élevé préféreront peut-être, durant leurs premières années, placer leurs épargnes dans un CELI. Ils réserveront ainsi leurs droits de cotisation au REER pour les années futures, alors qu'avec des revenus plus élevés, la cotisation leur vaudra de substantielles déductions fiscales.
Contrairement au REER, qui prend fin lorsque le cotisant atteint 71 ans, le CELI continue d'exister jusqu'au décès de la personne.