La maison du monde Catherine Major

Catherine Major: un pas de côté****

Les premiers albums de Catherine Major nous ont fait connaître une musicienne à la fois sensible, intense et sophistiquée. Un véritable amour de la musique - particulièrement du piano - et une proposition entière, tout sauf racoleuse. Le quatrième chapitre réussit à s'inscrire dans la continuité tout en faisant un pas de côté.
On y trouve les fidèles paroliers (le conjoint Moran, la mère Jacinthe Dompierre, l'ami Christian Mistral), les structures mélodiques chères à la compositrice et son don pour chanter la féminité : ses statuts de mère et d'amoureuse sont partout sur ce disque. Elle réussit toutefois à nous amener ailleurs dans l'habillage chansonnier, qu'elle a brodé avec la complicité de Jean Massicotte (Lhasa, Patrick Watson, Arthur H).
Toujours présent, le piano se fait parfois plus discret pour laisser se déployer la guitare ou des lignes cuivrées. On entend ici une boîte à rythmes, là des synthés. Rien pour dénaturer l'univers de Catherine Major, qui montre parfois un visage plus pop (dans la pièce-titre) ou plus musclé (Toi, soutenue par la voix de Daran)... Mais juste assez pour faire entrer un peu d'air frais.