Au Québec, ceux qui sont visés par un mandat d'inaptitude homologué sont des électeurs comme les autres. Seules les 13 000 personnes sous curatelle ne peuvent pas voter.

Candidatures de la CAQ: le DGE maintient la ligne dure

«La décision est finale.» Le Directeur général des élections du Québec (DGEQ) est catégorique : les trois candidatures caquistes rejetées samedi n'étaient pas conformes. Fin de l'histoire.
Le chef François Legault, qui disait samedi soir espérer renverser la vapeur, a pour sa part paru résigné dimanche à ne présenter que 122 candidats sur 125 circonscriptions.
Samedi, le DGEQ a rejeté les bulletins de candidature de trois candidats de la Coalition avenir Québec (CAQ), Mario Gagnier (Soulanges), Sam Nassid (Saint-Laurent) et François-Carl Labonté (Wesmount-Saint-Louis). Ils ont été jugés non conformes parce qu'après révision, ils n'atteignaient pas les 100 signatures d'appui requises.
«La décision est finale», a dit au Soleil dimanche le porte-parole du DGEQ, Denis Dion.
De quoi anéantir tout espoir de voir la décision changer. «Les décisions se poursuivent, mais à un moment donné...», a laissé tomber François Legault.
La loi électorale prévoit qu'une déclaration de candidature doit être appuyée de 100 signatures, a expliqué M. Dion. «Le DGEQ, dit-il, doit ensuite retrouver chacune des signatures sur la liste électorale de la circonscription.»
C'est au terme de cet exercice comparatif que les bulletins ont été invalidés. Des signatures n'ont pas pu être corroborées, a-t-il confirmé.
«En quatre élections, c'est la première fois que je vois ça, a ajouté Denis Dion. Trois, dans le même parti, et dans un gros parti.»
Diplomate, mais soulignant le caractère inusité de l'erreur commise par la CAQ, le porte-parole a déclaré que présenter 125 candidatures était «un défi d'organisation», évoquant aussi au passage un possible manque de minutie des caquistes. Selon M. Dion, la majorité des candidats arrivent avec une liste de 150 à 200 signatures dans leur déclaration de candidature afin d'éviter ce genre de situation.
François Legault s'est dit de nouveau «déçu» dimanche, mais il a refusé de blâmer les candidats, soutenant qu'ils sont «des bénévoles» et que recueillir 100 signatures n'est pas facile dans des circonscriptions de longue tradition libérale «peinturées rouges» comme Westmount et Saint-Laurent. David Rémillard et Valérie Gaudreau