Affichant son côté timide, la designer Camille Côté présente en primeur un modèle de sa prochaine collection 2015.

Camille Côté: chapelière de la relève

La mode est aux chapeaux. Et ceux qui ont coiffé les mannequins des défilés haute couture, à Paris la semaine dernière, ont ravi Camille Côté, une designer de 23 ans qui a lancé l'an dernier sa propre collection de chapeaux haut de gamme.
<p>Les chapeaux signés Camille Côté sont à la fois élégants et distinctifs. </p>
Le chapeau est un signe d'élégance. Objet de distinction à l'époque, il est aujourd'hui un accessoire de mode démocratisé qui personnalise une tenue ou définit un style. C'est d'ailleurs le fil conducteur de la petite collection de chapeaux signés par Camille Côté. Aujourd'hui installée à Montréal où elle tient son atelier et reçoit les clientes, la jeune designer originaire de Rimouski a fait ses classes au Campus Notre-Dame-de-Foy, à Saint-Augustin-de-Desmaures. C'est là qu'elle a eu «la piqûre pour la chapellerie», confie-t-elle.
«Faire un chapeau est un art, et on ne s'improvise pas chapelier. C'est ce que j'ai appris lors de ma formation en design de mode, plus précisément dans un cours avec la chapelière Mireille Racine. Elle m'a transmis sa passion», raconte-t-elle.
Un stage en haute couture
Diplômée en design de mode en 2010, Camille a travaillé au sein d'entreprises de mode québécoises pendant deux ans, puis elle a décidé de plier bagage pour effectuer un stage de trois mois en haute couture, à Paris. «C'était non seulement un rêve, mais surtout un désir de perfectionner mes techniques de confection. La haute couture est un milieu très restreint et y avoir accès a été un grand privilège, même si les conditions de travail sont parfois exténuantes», dit celle qui a travaillé auprès de la styliste française d'origine chinoise Yiqing Yin. 
Des sculptures à porter
À son retour, elle s'est mise à dessiner une première collection de 10 chapeaux, bibis et parures de tête. Un long processus, après plusieurs mois de recherche et développement, admet la jeune femme, qui se dit aussi perfectionniste. «Le chapeau revient à la mode, mais la plupart des modèles proposés en magasin sont assez classiques. Mon but était de proposer autre chose. Un chapeau qui semble être sculpté sur la tête. Qui est le point de mire», poursuit la designer. 
Faits de feutre et de paille et déclinés en noir et blanc, les 10 modèles uniques lancés en 2014 ont du coup affirmé le style de la designer. L'esprit couture se perçoit. 
Mais Camille Côté réserve d'autres surprises pour sa seconde collection, qui sera dévoilée le mois prochain. «Cette fois, je m'éclate plus. Ce sera plus coloré et directement inspiré des affiches lumineuses des commerces de mon quartier, Hochelaga.» 
À qui s'adresse la collection? D'abord aux femmes qui recherchent des objets distinctifs. Tout le monde a une tête à chapeau, en fait. Il suffit de porter le bon modèle! Ceux faits à la main par Camille Côté se détaillent entre 200 $ et 300 $. 
Sur Internet : www.camille-cote.com