Cameron Diaz sur la couverture du magazine Esquire d'août

Cameron Diaz: épanouie et sans enfant

En regardant la une du Esquire d'août (en kiosque depuis mardi, gâtez-vous), on peut dire que «corps de rêve» est une expression qui s'applique à Cameron Diaz. L'actrice de 41 ans y apparaît dans toute sa splendeur et y révèle notamment qu'on la verra nue pour la première fois au cinéma, dans Film osé (18 juillet), une comédie dans laquelle elle joue une mère de famille qui (avec son mari) enregistre un «sex tape» pour mettre du piquant dans sa vie sexuelle.
Dans la vraie vie, Cameron n'est pas une mère de famille... et ne le sera vraisemblablement jamais, a-t-elle confié au magazine. «C'est tellement de travail avoir des enfants. Un bébé, c'est toute la journée, chaque jour, pendant 18 ans. D'avoir des vies autres que la tienne pour lesquelles tu es responsable, ça ne me convenait pas», estime-t-elle.
Bon, sa franchise vous donne peut-être juste le goût de lui lancer des tomates et de la traiter d'égocentrique, mais lisez d'abord la suite. «Ne pas avoir d'enfant peut sembler plus simple, mais ce n'est pas une décision facile à prendre. J'aime protéger les autres, mais, je l'avoue, je n'ai jamais été attirée par le fait d'être mère.» Ç'a le mérite d'être vraiment honnête.
Katherine Heigl: temps dur
Pas toujours facile de faire le saut du petit au grand écran. Après s'être fait connaître en jouant au docteur dans Grey's Anatomy, Katherine Heigl quittait la série en 2010 («insatisfaite» de l'évolution de son personnage...) pour le cinéma. Mais l'actrice a enchaîné les rôles moyens dans des comédies romantiques ordinaires et s'est retrouvée en deuxième position (en décembre dernier) de la liste de Forbes des acteurs les moins rentables. Ajoutons qu'elle est aussi reconnue pour avoir une attitude exécrable sur les plateaux, selon ce qu'ont déjà confié plusieurs sources au Hollywood Reporter.
Bref, Heigl estime que sa carrière l'a «trahie», comme elle l'a confié au Marie-Claire britannique. «Ma meilleure amie depuis des années, ma carrière, m'a soudainement tourné le dos et je ne m'attendais pas à ça. J'ai été à la fois très surprise et très en colère qu'elle me trahisse», avoue la femme de 35 ans.
Elle prend cependant un certain blâme pour cette «trahison». «J'étais très contente de faire des comédies romantiques, mais j'en ai peut-être abusé. Je ne savais plus dire non et j'ai cessé de me remettre en question. En réalité, je pense que j'ai fini par saouler mon public.» Pas bête.
<p>Scarlett Johansson</p>
Scarlett Johansson: mon nom à moi
L'écrivain Grégoire Delacourt versera 3600 $ en dommages et intérêts à Scarlett Johansson (qui en demandait plus de 70 000 $) pour atteinte à sa vie privée. On vous en parlait il y a un an, l'actrice  poursuivait l'auteur pour «violation et exploitation frauduleuse des droits de sa personnalité». Dans La première chose qu'on regarde (JC Lattès), un garagiste ressemblant à Ryan Gosling, «mais en mieux» (!), rencontre Jeanine Foucamprez, qui est le sosie de Scarlett Johansson.
Delacourt décrivait sa création littéraire comme «une ode à la beauté» de la star, mais celle-ci jugeait plutôt qu'il utilisait frauduleusement son nom et son image. «Procès Johansson-Delacourt : l'actrice n'a pas gagné», titrait la semaine passée Le Figaro, après le jugement rendu par la 17e Chambre civile de la presse du tribunal de grande instance de Paris.
En fait, même si le personnage est un sosie de Scarlett, l'auteur parle réellement de cette dernière en début de roman, faisant état de ses liaisons amoureuses, notamment de «passades» avec Kieran Culkin (le frère de l'autre) et Jonathan Rhys Meyers (Les Tudors). Pour ces deux «mentions», l'actrice a gagné. Pour le reste, elle a effectivement perdu.
Bob Geldof: une peine infinie
En avril, la mannequin et animatrice de télé britannique Peaches Geldof mourait d'une surdose de drogue à 25 ans. Peu connue à l'extérieur du Royaume-Uni, sa mort a fait grand bruit un peu partout, car le père de la jeune femme est Bob Geldof, «M. Live Aid» lui-même (pour les plus jeunes, si vous ne savez pas encore de qui on parle, vite sur Google). Peaches Honeyblossom (son vrai prénom) était une des trois filles que Geldof a eues avec l'animatrice Paula Yates, décédée en 2000... d'une surdose.
Pour la première fois depuis la perte de sa fille, le musicien d'origine irlandaise de 62 ans a donné une entrevue sur les ondes de la télé anglaise ITV, la semaine dernière. «C'est insupportable. C'est extrêmement difficile, comme tout le monde doit s'en douter, surtout si cela vous est arrivé [de perdre un enfant]. Mais que pouvez-vous faire? Vous continuez à vivre», a-t-il confié, bouleversé.
«J'y pense souvent. Quelquefois, je marche simplement dans la rue et l'émotion me submerge. Je vais alors me cacher dans un coin pour pleurer toutes les larmes de mon corps. J'imagine que ce sera comme ça encore longtemps», ajoute celui qui était reconnu par les jeunes Anglais comme «le père de». Triste.
Sources : wikipedia.org, people.com, accesshollywood.com, blogs.usatoday.com/popcandy, imdb.com, twitter.com, hollywoodreporter.com, usmagazine.com, theguardian.com, esquire.com, lefigaro.fr, parismatch.com
<p>Ryan Gosling et Rachel McAdams dans le film <em>Les pages de notre amour</em></p>
Dans le rétroviseur
Il y a 10 ans, un jeune acteur canadien de 23 ans devenait le fantasme de bien des filles. Le 25 juin 2004, sortait en salle Les pages de notre amour (v.f. de The Notebook) avec Ryan Gosling et Rachel McAdams, qui est devenu instantanément un classique des films de filles, propulsant le beau Ryan au rang d'idole.
On a appris la semaine dernière (par US Weekly) qu'au moment de développer son projet de long métrage, le réalisateur Nick Cassavetes avait déjà Gosling dans la mire, mais était toujours à la recherche d'une «perle» féminine. Après avoir reçu en audition «neuf actrices très connues», Cassavetes et l'acteur ont eu le coup de foudre pour une presque inconnue (McAdams) et le reste fait partie de l'histoire (Rachel et Ryan ont même formé quelque temps un couple dans la vie).
Cependant, le cinéaste a laissé échapper (sur les ondes de VH1) que l'harmonie n'a pas été totale pendant le tournage et qu'à un certain moment, Ryan Gosling a demandé que Rachel McAdams soit «virée» du plateau, estimant «ne rien pouvoir faire avec elle». Heureusement, tout est ensuite rentré dans l'ordre. Une anecdote vraiment pas romantique. #décevant
En chiffres: 25
On souligne ces jours-ci les 25 ans de la «série à propos de rien», Seinfeld. Le 5 juillet 1989, NBC diffusait le premier épisode de la sitcom la plus marquante des dernières décennies, mettant en vedette Jerry, le stand-up comic (Jerry Seinfeld), de même qu'Elaine, son ex-blonde (Julia Louis-Dreyfus), George, son ami loser (Jason Alexander) et Kramer, son rocambolesque voisin (Michael Richards). Après neuf saisons et 180 épisodes, l'émission tirait sa révérence le 14 mai 1998. Pour les amateurs, Internet Movie Database a compilé 95 anecdotes «essentielles» (goo.gl/DLbg7w). Yada, yada, yada!
<p><em>Les dents de la mer</em> est au numéro 1 du palmarès.</p>
Gros canons estivaux
The Dissolve, spécialisé en cinéma (à découvrir), a recensé les 50 plus grands blockbusters d'été. On en a vu 42, dont le top 10. De toute façon, le soleil, c'est mauvais pour la peau. goo.gl/J7MBks
En vitesse
› David Duchovny, le mythique Mulder de X-Files, lancera son premier album (comme auteur-compositeur-interprète) l'an prochain.
› Burt Reynolds, 78 ans, publiera ses mémoires, But Enough About Me, en 2015.
› Nicolas Cage est maintenant papi Cage: son fils Weston et sa femme lui ont donné son premier petit-fils le 1er juillet, Lucian Augustus Coppola Cage.
› Lou Reed, décédé le 27 octobre 2013, a laissé une fortune totale (biens, droits d'auteurs, etc.) estimée à un peu plus de 20 millions $.
› Bonne nouvelle: la saison 4 de Sherlock (un spécial de Noël et trois épisodes), avec Benedict Cumberbatch et Martin Freeman, sera tournée l'année prochaine et diffusée... en 2016. #patience
› Lindsay Lohan poursuit les concepteurs du jeu vidéo Grand Theft Auto, qui auraient utilisé son image et créé un personnage inspiré d'elle, sans sa permission.