Bye bye 2013: plus de «pour» que de «contre»

Je l'avoue : j'avais peur. Peur qu'il y ait trop de monde au Bye bye, un facteur qui n'a jamais été un atout par le passé. Mais Louis Morissette a visiblement vu juste en ramenant son équipe; son Bye bye 2013 n'était pas aussi bon que celui de 2012, mais disons que la colonne des «pour» est plus longue que celle des «contre». Dans mon bulletin, je donne un 7/10.
Quoi qu'il en soit, l'intérêt pour l'émission ne se dément pas : 2 859 000 téléspectateurs ont regardé sa première diffusion en direct mardi soir, comparativement à 2 826 000 l'an dernier. L'émission reste stable et est même la seule de la soirée à avoir vu son auditoire augmenter légèrement.
S'il y en a un qu'on ne s'attendait pas à voir emprunter les poses suggestives de Miley Cyrus dans le clip Wrecking Ball, c'est bien Antoine Bertrand, mon coup de coeur de ce Bye bye. Après tout ce qui avait été dit et fait sur la chanteuse en 2013, il fallait surprendre et c'est réussi. «Se foutre à poil pour faire scandale. [...] J'peux même faire du cheval sur une boule en métal comme une danseuse de Laval», a-t-il chanté, se dandinant comme Miley, en petite tenue. Le combat des Femen a donné lieu à un autre sketch osé, la parodie efficace de Blurred Lines de Robin Thicke, avec le très chic Laurent Paquin, entouré de Femen et d'autre monde à moitié nu, y compris une femme voilée en cette année de la charte.
Autre bon sketch, celui de La voix, devenue La woua. J'ai vu beaucoup d'imitations de Jean-Pierre Ferland, mais celle de Louis Morissette est juste extraordinaire. Et j'ai adoré Véronique Cloutier en Valérie Carpentier, qui chante divinement, mais ça se gâche quand elle parle. Joël Legendre qui sue à l'excès en «Égory» Charles dans Le choc de la transpiration, avec l'équipe des 80 ans, composée de Janine Sutto et de Béatrice Picard : très drôle.
Le sketch de la transaction de TVA Sports, devenu TVHABS SPOW, pour obtenir les matchs du Canadien, était plutôt drôle, avec Claude Poirier (Morissette) en descripteur et un Dave Morissette (Pierre Brassard) survolté. «Le but est re-fu-sé», comme au Banquier. Karim Ouellet, qui avait ouvert Infoman 2013 plus tôt, a chanté sur les «10» coups de minuit : «On met 2013 aux poubelles en oubliant les querelles» sur l'air de son hit, L'amour.
Joël Legendre fait une irrésistible Denise Filiatrault, en bateau avec Martin Petit et une femme voilée dans Les pécheuses. «J'ai pas dit folle! J'ai-tu dit folle?» s'exclamait une Denise survoltée. On a ri de bon coeur avec cette parodie des pubs de La Presse +, où Les Denis Drolet tentait d'expliquer le concept à André Sauvé, qui finissait par se perdre dans le décor virtuel.
Parmi les points faibles, le numéro d'ouverture sur «le» sujet de l'année, «La charte», n'avait pas le punch des années précédentes. Les Landry, Parizeau et Bouchard ne ressemblaient pas beaucoup aux vrais. J'attendais beaucoup de Rob Ford, j'ai été déçu par «Gros Torontois arrogant VI», inspiré du jeu Grand Theft Auto. Les bulletins de nouvelles de Laurent Paquin n'étaient pas souvent drôles, particulièrement la colère de Jean-François Mercier, qui avait été si bon plus tôt dans la soirée à En direct de l'univers. Par contre, la mère de Mini Miss de Véro - «pas facile de se faire vômir quand t'as des ti doigts!» - visait dans le mille. Tout comme l'intervention de Patrice Lemieux.
On aurait pu mieux utiliser la mairesse de Lac-Mégantic, Colette Roy-Laroche, confinée à une apparition anodine dans un des sketchs les plus faibles, «Régix et Coderrix», un exemple de mauvaise intégration. La parodie d'Occupation double, «Aliénation double», n'était pas nécessaire. J'adore Louis-José Houde, mais on avait l'impression qu'il venait boucher un trou avec son monologue de la fin, sur une scène boboche. J'ai de loin préféré le Vincent Vallières de Marc St-Martin dans «2013 revue et corrigée» plus tôt à TVA à celui de François Morency au Bye bye. Même chose pour la Pauline Marois de Suzanne Champagne, inégalable.
Et les autres...
Pour le reste de la soirée, chapeau à l'équipe d'En direct de l'univers, dont la spéciale du jour de l'An était tout simplement spectaculaire et sans faille. Un feu roulant qui mérite 9/10. Mes points forts : l'improbable duo Plastic Bertrand et Janette Bertrand dans Stop ou encore, les filles d'Unité 9 en religieuses pour Rock'n Taule et, surtout, Jean-François Mercier dans l'un des moments les plus émouvants de la soirée avec sa déclaration à Ginette Reno, en larmes. Elle voulait un french, elle l'a eu. Beaucoup aimé la finale avec Richard Séguin (de retour) en présence des pompiers de Lac-Mégantic et de Mylène Paquette sur Rester debout.
Infoman 2013 n'a pas déçu, avec son intégration de moments de la commission Charbonneau sur l'air de Blurred Lines, encore une fois. J'ai beaucoup ri de Catherine-Anne Toupin, la nouvelle Shandy, devenue remplaçante de «toute», y compris de la superpoutre du pont Champlain. Belle autodérision de Ken Pereira et sa façon de prononcer ouvrâge, kilométrâge et autres mots en age. Et ces enfants qui ont utilisé ses paroles prises dans Infoman comme sonnerie de téléphone? Il les encourâge!
Personnifié en Champlain dans la spéciale de Laflaque, Flack vers le futur, le maire Régis Labeaume a été omniprésent le reste de la soirée. «Avez-vous des ethnies à Québec?» lui a demandé Jean-René Dufort. Sa réponse : «On en a trois, et ils se portent bien!» Le maire s'est aussi excusé pour sa conférence de presse où il mangeait de la pizza, et n'a pas l'intention de recommencer. Il en a remis à propos des partisans du transport en commun : «Si quelqu'un rêve la nuit de prendre le transport en commun, on lui dit : get a life, franchement!» Dans mon bulletin pour Infoman 2013 : 8/10.
En termes d'auditoire, légère baisse pour toutes les émissions du 31 décembre sur ICI Radio-Canada Télé : Infoman 2013 passe de 1 673 000 à 1 591 000 téléspectateurs, En direct de l'univers - Spéciale du jour de l'An a été vue par 1 008 000 fêtards contre 1 099 000 en 2012, et Laflaque est passée de 766 000 à 616 000. La spéciale Un air de famille, un air du jour de l'An a quant à elle été regardée par 635 000 curieux à 18h30, et Les coulisses du Bye bye, par 1 430 000, de 0h20 à 1h20. À TVA, les chiffres sont beaucoup plus modestes : la spéciale Accès illimité - Ils ont fait 2013 a été vue par 440 000 téléspectateurs, et le spectacle du Rideau Vert, 2013 Revue et corrigée, par 701 000.