Brian Burke se prend pour un autre

C'est carrément dégueulasse ce que Brian Burke a fait à Bobby Ryan, des Sénateurs d'Ottawa, un joueur laissé de côté par l'équipe américaine en vue des Jeux olympiques de Sotchi.
La formation américaine peut faire les choix qu'elle veut, mais Burke a manqué de classe et de savoir-vivre en dénigrant Ryan sur la place publique. Il l'a accusé de tous les péchés du monde, notamment de ne pas afficher d'intensité au jeu, de ne penser qu'à sa petite personne et de ne pas souffrir pour l'équipe. Selon lui, l'attaquant des Sénateurs est un joueur passif qui ne peut même pas épeler le mot intensité.
Burke occupe maintenant les fonctions de directeur général et de responsable des opérations hockey chez les Flames de Calgary. Il a été placé dans une situation idéale à la tête d'une équipe qui éprouve des difficultés depuis plusieurs années. Il n'écopera pas au bout du compte. Il n'a rien fait à Toronto et vit sur une réputation surfaite. Il se voit plus gros que la game de hockey elle-même. Il se prend pour un autre. J'espère que Bryan Murray, le directeur général des Sénateurs, lui paiera la traite en lui donnant la réplique. Bobby Ryan a été trop poli.
Je n'en reviens pas de la charge de Burke à l'endroit du porte-couleurs des Sénateurs. C'est la première fois que je vois ça dans le hockey. Ryan n'est pas le seul oublié chez les Américains. Keith Yandle et Dustin Byfuglien ne sont pas là. J'ai hâte de voir comment nos voisins se comporteront à Sotchi. Parce que Burke s'est montré injuste et méprisant envers Ryan, je souhaite qu'ils se fassent planter aux Jeux olympiques. Le numéro 6 des Sénateurs méritait de faire partie de la délégation américaine.
Burke est un homme de hockey surestimé. Il se dépeigne et détache sa cravate avant de passer à la télévision dans l'espoir de faire peur au monde. Les gens ne sont pas dupe et ses petits numéros n'impressionnent personne.
Pacioretty : Sélection méritée
Bien méritée, la sélection de Max Pacioretty au sein de l'équipe américaine. C'est un bon marqueur. Je dirais même qu'il est le seul véritable franc-tireur chez le Canadien de Montréal. Son trio, complété par David Desharnais et Brendan Gallagher, est «en feu».
Le jeune Alex Galchenyuk n'a pas été retenu par les Américains. C'est un peu normal dans les circonstances actuelles. Il est encore très jeune et il aura bientôt son tour. En espérant que Brian Burke ne soit plus membre du comité de sélection à ce moment-là.
Subban dans le groupe des six
Carey Price et P.K. Subban sont les principaux responsables des succès du Canadien de Montréal. J'attends impatiemment les choix du Canada pour Sotchi. Faut absolument que P.K. Subban soit parmi les six premiers défenseurs. J'en parle souvent parce que j'entends encore des murmures à son endroit. Ça me dépasse.
Je ne m'offusque pas des petites erreurs que Subban peut commettre sur la patinoire. Nous sommes à l'ère du spectacle. Laissons le talent s'exprimer et s'épanouir. On ne peut pas avoir uniquement des joueurs qui se promènent avec des petites lunettes et qui mangent des biscuits secs.
Subban a récemment été jumelé à Francis Bouillon. Ça l'aide parce que Bouillon est un arrière plus habile que Josh Gorges.
Attention au piège!
Le Canadien revient à la maison après un voyage un peu plus difficile. Il sera l'hôte des Sénateurs d'Ottawa, ce soir, et des Panthers de la Floride, lundi soir. Deux jours plus tard, il visitera les Flyers de Philadelphie. Si ce calendrier s'annonce un peu plus facile, il faudra éviter de retomber dans le piège comme ce fut le cas à quelques reprises dans les dernières semaines.
Le marathon continue dans la Ligue nationale de hockey. Les équipes n'auront aucun répit jusqu'à la pause des Jeux olympiques. Le Canadien garde un bon rythme et il évite les blessures sérieuses. Il n'a perdu aucun joueur clé pendant une longue période.
C'est évident que ça ne va pas très bien entre l'entraîneur Michel Therrien et Daniel Brière. Je ne dis pas que les jours de ce dernier sont comptés à Montréal, mais ça ne regarde pas bien pour lui. Il a regardé les derniers matchs du haut de la tribune de presse. Brière est un vétéran, et les joueurs de cette catégorie s'éloignent de l'entraîneur dans les situations de crise.
Comme je l'ai déjà mentionné, le directeur général Marc Bergevin doit maintenant intervenir et se mettre le nez dans le dossier. Le joueur et l'entraîneur s'éloignent trop l'un de l'autre.
Bravo à nos Québécois!
Nos petits Québécois Zachary Fucale, Jonathan Drouin et Anthony Mantha nous font honneur au Championnat mondial de hockey junior. C'est également plaisant de voir Charles Hudon et Frédérik Gauthier sur la patinoire et Benoît Groulx dans le personnel d'entraîneurs.
Je crois vraiment aux chances du Canada de remporter sa première médaille d'or depuis 2009. L'an dernier, il n'avait même pas eu accès au podium.
Propos recueillis par Maurice Dumas