Quelques-uns des objets marquants de Breaking Bad ont été remis au Musée national d'histoire américaine de Washington, en reconnaissance de l'influence de la série sur la culture américaine.

Breaking Bad entre au musée

Le chapeau de Walter White, professeur de chimie devenu baron de la drogue, et les emblématiques combinaisons de protection jaunes qu'il utilisait avec son acolyte Jesse Pinkman pour «cuisiner» de la métamphétamine dans la série Breaking Bad, sont entrés au musée mardi.
Quelques-uns des objets marquants de cette série culte ont été remis au Musée national d'histoire américaine de Washington lors d'une cérémonie en présence de plusieurs acteurs, «reconnaissance de l'influence de la série sur la culture américaine», selon l'institution.
Le chapeau de Walter White quand il se métamorphose en «Heisenberg», les combinaisons jaunes de protection et les masques à gaz utilisés par Walter White et Jesse Pinkman dans leurs laboratoires clandestins, le badge de policier de l'agent Hank Shrader, trois sachets de cristaux de métamphétamine bleus (en fait des bonbons utilisés sur le tournage) ou un gobelet de la chaîne de fast-food virtuelle Los Pollos Hermanos ont ainsi été légués au musée par les producteurs.
«Je suis l'homme qui a fait entrer la métamphétamine au Musée national», a plaisanté Dwight Bowers, conservateur du Musée national d'histoire américaine.
Bryan Cranston, l'acteur qui incarne Walter White, a fait le bonheur des photographes en recoiffant son chapeau quelques instants. «Breaking Bad a été une aventure extraordinaire, qui a changé ma vie. On me demande souvent si la série ne me manque pas. La vérité c'est que non, parce que Vince Gilligan [le créateur] et les auteurs ont ciselé cette série avec un tel degré de perfection, avec un début, un milieu et une fin [que si on avait voulu poursuivre] cela aurait presque ruiné l'expérience que l'on a eue», a-t-il dit.