Boucher et Balbino, des pièces maîtresses!

Le baseball est un sport d'équipe avec des statistiques individuelles. Ne me demandez pas d'expliquer ce paradoxe de long en large. C'est un peu comme un bilan financier. Les chiffres dans plusieurs colonnes établissent la valeur d'un joueur.
Si les Capitales sont encore dans la lutte pour une participation à la finale de la ligue Can-Am de baseball indépendant, ils peuvent remercier Sébastien Boucher et Balbino Fuenmayor. Ces deux joueurs maintiennent un rythme d'enfer depuis le premier match du calendrier régulier.
On ne s'étonne pas des succès retentissants de Sébastien Boucher. Il porte fièrement et vaillamment l'uniforme des Capitales depuis six ans. Si sa première campagne chez nous en 2009 ne reflétait pas son talent, il a illuminé le tableau des statistiques depuis en s'illustrant de plusieurs façons sur le terrain.
Il a conservé des moyennes au bâton de ,337, ,326, ,325 et ,302. Il a fait produire 76 et 75 points. Il a frappé plusieurs coups de plus d'un but, volé des buts et brillé en défensive. Bref, il a tout fait pour contribuer aux cinq championnats d'affilée des Capitales.
Sébastien Boucher montre présentement une moyenne au bâton de ,384 et une moyenne de présence sur les sentiers de ,473. Imaginez un peu tout ce que cette statistique représente. Il se retrouve sur les buts presque une fois sur deux. C'est énorme! Son OPS (la somme de sa puissance et de sa présence sur les sentiers) s'élève à 1,027, ce qu'on voit rarement dans le baseball.
Qu'il soit le premier ou le troisième dans l'ordre des frappeurs des Capitales, il fait résonner son coup de bâton. «C'est notre meilleur joueur et il trouve toujours un moyen de se signaler, peu importe son rang dans l'alignement de frappeurs», explique le gérant Patrick Scalabrini. «Si seulement je pouvais le faire frapper premier et troisième dans le même match.»
«Je suis tellement à l'aise comme premier frappeur, enchaîne Sébastien Boucher. En toute honnêteté, ça ne me dérange pas de frapper troisième.»
Destiné aux Champions d'Ottawa la saison prochaine, Sébastien Boucher clôt le dernier chapitre de sa carrière à Québec, et il laissera de nombreux et beaux souvenirs aux habitués du Stade municipal. Il sera regretté, mais jamais oublié!
Que de puissance!
Le jeune Balbino Fuenmayor fait écarquiller les yeux avec sa puissance au bâton. Sa moyenne au bâton de ,351 et ses 63 points produits en font un quatrième frappeur idéal.
Ce n'est pas compliqué, il fait produire plus d'un point par match. Il domine tellement cette colonne dans la ligue Can-Am que son plus proche poursuivant risque d'attraper le torticolis en regardant plus haut. S'il conserve le même rythme, il ne sera pas loin de la marque d'équipe de 112 points produits à la fin de la saison. Ce record appartient à Eddie Lantigua.
Sans vouloir les comparer, Fuenmayor a un peu de Lantigua dans le nez. Surtout lorsqu'il catapulte des balles à l'extérieur des clôtures du champ extérieur!
Âgé de 24 ans seulement, Fuenmayor n'a pas la notoriété d'un Lantigua ou d'un Boucher. Débarqué à Québec juste à temps pour la finale contre les Jackals du New Jersey, l'automne dernier, il s'est fait un nom depuis. «Je ne pensais jamais qu'il nous en donnerait autant», confie Patrick Scalabrini.
Compte tenu de son jeune âge, il pourrait obtenir une deuxième chance dans le baseball affilié.
Ah les Coyotes!
Prenons tous un grand respire et attendons les événements avant de repartir en peur avec la saga des Coyotes de Phoenix. Les expériences précédentes devraient nous inciter à une certaine retenue, voire à une grande prudence. Il y a quand même des limites à créer des attentes chez les amateurs de hockey. L'heure n'est pas aux déménagements dans la Ligue nationale de hockey. Et rien ne dit que l'entente à Phoenix sera annulée. Et si jamais elle l'était, rien ne dit qu'elle ne sera pas renouvelée.