Les dépenses publiques en santé du Québec pourraient augmenter de près de 30 milliards $ d'ici 2030, passant de 43 % des revenus totaux du gouvernement à près de 70 %.

Bonne santé!

Santé. Ce mot revient invariablement lors des voeux que nous échangeons au début de l'année, dans nos souhaits à l'anniversaire de nos proches, ou en prenant des nouvelles de collègues. Être en santé, le rester, voilà une préoccupation pour nous tous.
Bien normal donc de s'intéresser aux travaux de nos chercheurs, aux extraordinaires progrès réalisés en santé ces dernières années, et d'être constamment à l'affût des découvertes susceptibles de toujours améliorer le mieux-être de nos concitoyens.
La grande région de Québec peut compter sur plusieurs centres de recherche pour contribuer aux progrès des sciences de la santé. L'un de ces pôles est l'Université Laval où, en plus de leurs travaux, des professionnels n'hésitent pas à s'engager dans plusieurs missions sociales et communautaires.
Comme première faculté de médecine francophone au Canada, la Faculté de médecine de l'Université Laval est reconnue pour sa tradition d'excellence dans la formation des professionnels de la santé présents tant en clinique qu'en enseignement, en gestion ou en recherche.
Ces dernières années, une dizaine de nouveaux programmes ont été créés et des cohortes grandissantes d'étudiants sont accueillies. Les professeurs de la Faculté de médecine se démarquent par la qualité de leurs travaux. Ils sont guidés par l'excellence et l'innovation.
Dans ce magazine préparé par Le Soleil et distribué à plus de 125 000 exemplaires, nous mettons l'accent sur la recherche avec quelques-unes des grandes découvertes de l'heure, sur des grands progrès en médecine en utilisant à juste titre le mot impensable, et sur différents exemples de l'engagement de professionnels et de membres de la Faculté de médecine qui sont des acteurs déterminants pour le mieux-être et la santé de la population québécoise.
Bonne lecture!