Bernard Gauthier

Biographie de Bernard Gauthier: «Rambo» sans tabou

Comme il avait promis de le faire, Bernard Gauthier s'est livré comme un livre ouvert à Victor-Lévy Beaulieu, qui a signé la biographie du coloré leader syndical. De son enfance à son enrôlement, jusqu'à sa «descente aux enfers» après avoir quitté l'armée, «Rambo», comme il est cité dans l'ouvrage, aborde sans aucun tabou tous les chapitres de sa vie.
<p>Bernard Gauthier dit avoir ressenti quelque chose de «spécial» quand il a reçu l'exemplaire de sa biographie, mardi. </p>
Les quelque 250 pages du livre publié aux Éditions Trois-Pistoles en disent long sur le passé de Bernard Gauthier, qui a grandi à Rivière-Pentecôte, près de Port-Cartier sur la Côte-Nord, où il vit une enfance modeste avec son frère Éric et ses parents. Dès son arrivée sur les bancs d'école, «Rambo» sait que ce n'est pas pour lui.
Au secondaire, il fait sa place à la dure et déjà ses traits de leader se forgent. «La vie, c'est comme une jungle : si tu montres pas que tu dépasses les autres d'une tête, on va tout le temps essayer de t'écraser», raconte-t-il. Il décroche finalement en deuxième secondaire et part suivre un cours d'aide-débosseleur à Baie-Comeau.
C'est à 19 ans, ne sachant toujours pas ce qu'il va faire de sa vie, qu'il s'enrôle dans l'armée. Une longue aventure qui le mènera en mission en Norvège et au Koweït. Bernard Gauthier sera même témoin de la chute du mur de Berlin en 1989 et déployé lors de la crise d'Oka en 1990. Ayant du mal avec l'autorité, il quitte les Forces armées en 1992 après s'être fait proposer un grade supérieur.
C'est là que commence ce qu'il appelle «sa descente aux enfers». Un chapitre entier est consacré à cette partie de sa vie, où il trempe dans l'univers de la drogue à son retour à Port-Cartier. Sans censure, il raconte les détails de son quotidien, comme vendeur et distributeur. Prenant du galon, il affirme même avoir été abordé pour devenir membre d'un groupe de motards criminalisés, ce qu'il a refusé.
Sa descente prendra fin lorsqu'il apprend que sa blonde attend un enfant, son fils Jesse, qui lui a littéralement sauvé la vie, estime-t-il. «Mais quand j'ai vu le p'tit visage. Avec le nez tout écrasé là, je peux-tu te dire que ça m'a atteint au plus profond de moi. De t'en parler, je suis encore tout bouleversé», confie le leader syndical à l'auteur.
L'ouvrage montre également un autre côté de Bernard Gauthier qui, derrière ses airs de dur-à-cuire, cache un être capable de tendresse et de sensibilité, assure Victor-Lévy Beaulieu. La naissance de son fils, la mort de son grand-père - figure marquante de sa vie - et le rapprochement avec son père sont des passages qui en témoignent.
La biographie de «Rambo» Gauthier lève aussi le voile sur ses débuts dans l'industrie de la construction qui l'amèneront de fil en aiguille représentant régional du local 791 des opérateurs de machinerie lourde à Sept-Îles, en 2003 (poste qu'il occupe encore aujourd'hui). Son combat pour les travailleurs de la région, sa mission de redorer l'image du syndicalisme y sont largement abordés.
«Rambo» raconte également l'envers de son passage devant la commission Charbonneau et revient sur la diffusion de l'émission Enquête, qui mettait en lumière un climat d'intimidation et de discrimination syndicale sur les chantiers de la Côte-Nord et qui l'a plongé dans un tourbillon médiatique. 
La biographie de Bernard «Rambo» Gauthier sera en librairie le 8 octobre.
Victor-Lévy Beaulieu
VLB a appris «un tas d'affaires»
Victor-Lévy Beaulieu a trouvé chez Bernard Gauthier «un frère», confie-t-il au bout du fil. Après avoir passé une semaine à ses côtés en juin, l'auteur prolifique ne garde que du positif de sa rencontre avec le leader syndical. «Je lui ai demandé s'il était prêt à s'ouvrir, il m'a dit oui et il a tenu parole», lance-t-il.
VLB raconte avoir appris «un tas d'affaires» à travers cet homme qu'il dit beaucoup respecter pour ce qu'il a vécu et ce qu'il est devenu. «C'est déjà un exploit de faire ce qu'il fait, c'en est un aussi de le faire après ce qu'il a vécu [...] Je pense que beaucoup de gens auraient intérêt à lire sa biographie, ils apprendront qu'on peut partir du mauvais pied, mais revenir sur le bon», explique l'auteur.
Victor-Lévy Beaulieu a passé quatre mois intensifs à la rédaction de livre. «J'ai eu vraiment du plaisir à plonger dans son histoire», témoigne celui qui s'est aussi retrouvé dans les propos de Bernard Gauthier. VLB a d'ailleurs choisi d'incorporer plusieurs de ses propres anecdotes dans l'ouvrage.
Quelques extraits
«Comment j'en suis arrivé là, je peux pas le dire. En quittant l'armée, on dirait que j'ai décollé tout d'un coup et que j'ai été gelé pendant quatre ans.» - Lorsqu'il raconte sa descente aux enfers après l'armée
«Moi, je l'ai toujours dit : la fin justifie les moyens. Si tu veux survivre, attends pas après personne, occupe-toi de tes affaires.» - Des propos qu'il tient dès son arrivée dans le monde de la construction
«Après l'émission Arcand, je me suis trouvé assis dans mon pick-up parqué sur le bout du quai de Sept-Îles et j'arrêtais pas de pleurer. J'étais démoli.» - Après la diffusion de l'émission Enquête et le battage médiatique qui s'est ensuivi