Big air de la Coupe du monde de surf des neiges: un baume pour Antoine Truchon

Après sa déroute au slopestyle plus tôt en journée, à Stoneham, Antoine Truchon a retrouvé le chemin du succès avec une troisième place au big air de la Coupe du monde de surf des neiges, hier soir, en basse ville de Québec.
«Ça me remonte le moral, mais ça n'améliore pas mes chances d'aller aux Jeux olympiques», a lancé le planchiste québécois. Descente acrobatique en montagne, le slopestyle entre dans la famille olympique à Sotchi. Le big air, lui, demeure exclu. Truchon, 19 ans, de Sainte-Adèle, devait accéder à la finale de dimanche en slopestyle pour maintenir ses chances de se rendre en Russie, dans trois semaines. Il a coulé.
«J'ai tellement été pas bon, ce matin [vendredi], que je suis juste retourné chez mon ami Michaël Roy [à L'Ange-Gardien] et j'ai dormi tout l'après-midi», a expliqué Truchon, après avoir ramassé médaille, fleurs et chèque de 3700 $. Et en haut, «je me suis rempli de chocolat chaud, en attendant les autres participants».
Il voit les JO comme une belle occasion, mais «ce n'est pas ce que j'espérais le plus dans ma vie. Je ne suis pas vraiment un athlète de type FIS [Fédération internationale de ski]. Les Jeux, c'est un gros événement, une grosse couverture, une occasion de montrer à tout le monde, c'est quoi, le slopestyle en snowboard, qu'est-ce qu'on fait de notre vie. On n'est pas juste des petits gars qui s'en vont en montagne fumer des bats le samedi», illustre-t-il.
«C'est une opportunité que je manque, mais je vais avoir plusieurs autres chances de le montrer autrement et je vais les saisir», assure celui qui parle de la création prochaine d'un nouveau circuit mondial de slopestyle dirigé par les planchistes. «Si ça se passe bien, on n'aura même pas besoin des Olympiques», tranche-t-il.
Déception pour Parrot
Truchon avait gagné le big air de Québec, il y a deux ans. Hier, sous les flocons, c'est Petja Piiroinen qui a dominé le ciel logé entre les échangeurs de l'autoroute Dufferin-Montmorency. Le Finlandais a devancé le Suédois Mans Hedberg par trois quarts de point, 161,75 à 161,00. Truchon suivait à 156,25 et Maxence Parrot, de Bromont, a fini quatrième à 150,75.
Parrot était déçu, évaluant sa performance comme trop conservatrice pour lui valoir une place sur le podium. Sa première position aux qualifications du slopestyle, quelques heures plus tôt, épongeait sa déception. Les 1785 $ raflés au passage peut-être un peu aussi.
Piiroinen avait terminé deuxième ici en 2012 et huitième l'an passé. Il est le frère cadet du vice-champion olympique en demi-lune Peetu Piiroinen. Les deux frérots pourraient se retrouver aux JO de Sotchi. Hier, Petja a empoché 13 400 $.
NOTES : En place pour une sixième année, la rampe de lancement a 35 mètres de hauteur et 91 mètres de longueur... Le big air de Québec s'avérait le seul au calendrier de la Coupe du monde de la FIS cette saison... Takahiro Ishida a obtenu le soutien de la foule pour son triple saut périlleux arrière classique, mais pas celui des juges. Il a fini 10e sur 12 finalistes... Après Jenna Blasman la veille, au tour du Norvégien Kim-Rune Hansen de se casser le bras sur les pentes de Stoneham.
***************************
Blouin doit oublier les JO
Classée 20e des qualifications du slopestyle, hier, Laurie Blouin (photo) dit adieu aux Jeux. Du moins, à ceux de Sotchi. La planchiste de 17 ans de Stoneham a obtenu 50,66 points pour sa première descente, sa meilleure. Pour espérer aller aux Olympiques, elle visait une place parmi les cinq meilleures dans la finale de dimanche. «Je suis quand même fière d'avoir atterri ma première descente. J'étais contre les meilleures», a expliqué Blouin, tout en promenant son chiot de neuf semaines autour de l'aire d'arrivée.
Son amie Audrey McManiman a pris le 17e rang avec 54,33 points. L'athlète de 18 ans originaire de Saint-Ambroise-de-Kildare et résidante de Québec se disait satisfaite d'avoir complété sa première descente sans tomber. Troisième Canadienne, sa confiance est à la hausse en vue des qualifications du  US Open, dans deux semaines, à Seven Springs, en Pennsylvanie. Hier, 33 filles ont pris le départ. Dix ont survécu à la première coupe, dont l'Albertaine Brooke Voigt. Six accéderont à la finale.
Parrot sans ménagement
Maxence Parrot a cloué une deuxième descente de 89,66 points, hier, en qualifications du slopestyle. Meilleur pointage sur 61 candidats, cela lui fournit un accès direct à la finale de dimanche après-midi. Même si sa participation aux Jeux olympiques est presque assurée, le Bromontois de 19 ans ne se ménage pas. Il vise à être le meilleur Canadien au slopestyle de cette Coupe du monde pour confirmer son voyage à Sotchi. Et il était du big air, hier soir. «J'ai des coéquipiers qui font moins de compétitions cette saison pour éviter les blessures. Mais je ne suis pas un gars de même. Le snowboard est un sport extrême, non? Je fais toutes le compétitions que je peux, je veux repousser mes limites», fait-il valoir.
La petitesse relative des sauts de Stoneham l'empêche de réaliser des triples sauts, quoiqu'il ait tenté le coup à l'entraînement, sans succès. Il se reprendra aux X Games, vers lesquels il s'envole dès lundi matin. Charles Reid (73,66, Mont-Tremblant) passe aussi en finale, pendant que Matts Kulisek (70,66, Saint-Sauveur) fait le détour par la demi-finale. Antoine Truchon (46e, 29,33, Sainte-Adèle) et Michaël Roy (53e, 20,33, L'Ange-Gardien) ont échoué. Pour Truchon, c'est le point final à ses espoirs olympiques.