Bestialité et sodomie s'ajoutent aux chefs portés contre Robert Denis

Les accusations s'accumulent contre Robert Denis, un homme de 67 ans de Paspébiac qui a notamment été bénévole au hockey mineur pendant 40 ans. Aux neuf chefs d'agression sexuelle déjà portés contre lui s'ajoutent six autres chefs de bestialité, de sodomie et de possession de pornographie juvénile.
Les démêlés du sexagénaire avec la justice font beaucoup parler à Paspébiac et dans les environs, puisque c'est dans cette localité de 3200 personnes que l'accusé a évolué comme bénévole, notamment pour l'Association du hockey mineur pendant près de 40 ans. Les accusations actuelles couvrent une période de 45 ans.
Certains des plaignants ayant témoigné préalablement au dépôt d'accusations contre Robert Denis sont d'anciens joueurs de hockey mineur, et ils auraient été abordés par l'accusé en marge de ces activités sportives.
Le président actuel de cette association, Christian Grenier, en poste depuis 2009, est ébranlé par l'histoire, mais il assure avoir pris les mesures pour qu'aucun membre de son conseil d'administration n'échappe à un processus de vérification d'antécédents judiciaires.
«On vit du discrédit là-dedans, et à tort. Je suis de très, très près le dossier. Ça me dépasse. Ça me débobine», aborde-t-il.
M. Grenier a joint le conseil d'administration de l'Association de hockey mineur en 2008, et Robert Denis ne faisait plus partie de ce conseil à ce moment. M. Grenier en est devenu vice-président, et Robert Denis a pu réintégrer le conseil pendant le bref mandat d'une présidente aujourd'hui décédée. M. Grenier est devenu président tard en 2009.
Vérifications
En 2010, il a eu des échanges avec Hockey-Québec, «et j'ai appris que les associations sont obligées de faire des vérifications des antécédents judiciaires de leurs membres aux trois ans», précise Christian Grenier.
Robert Denis avait déjà été inculpé pour un crime à caractère sexuel en 1996. M. Grenier, qui n'avait pas joué au hockey mineur, dit que «dans l'aréna, ça se parlait» des antécédents de Robert Denis.
En octobre 2011, le conseil de l'Association de hockey mineur de Paspébiac a déposé une proposition visant à vérifier systématiquement les antécédents des administrateurs. «Robert Denis n'a pas trop parlé», se souvient-il. C'est un autre membre du conseil qui a été chargé de se procurer les formulaires. Robert Denis a été assigné au dossier des arbitres.
À la réunion suivante de novembre, Robert Denis «a exprimé sa dissidence sur une question de partage des frais d'arbitrage. Il était sur le point de passer dans le collimateur [des vérifications de ses antécédents]. Il m'a avisé le lendemain qu'il démissionnait. On n'a pas fini le processus», dit Christian Grenier, qui songe à appliquer la vérification d'antécédents sur une base annuelle ou biennale.
Il rappelle que Robert Denis a aussi été bénévole à la Fête nationale, aux 14 milles, la défunte traversée de la baie des Chaleurs, et au baseball mineur.
Plaignant mineur
Entre-temps, l'enquête de la Sûreté du Québec se poursuit. Un témoin a été rencontré depuis la dernière comparution de Robert Denis le 19 décembre.
«Il y a au moins une autre personne qui a été rencontrée. Elle était d'âge mineur lors de la présumée agression. En rencontrant cette personne, on a fait progresser notre enquête. Il y a d'autres rencontres à venir. Il y en a eu pendant le temps des Fêtes. Ce n'est pas une enquête terminée», a indiqué mardi le porte-parole de la Sûreté du Québec Claude Doiron.