Bernard Labadie s'offre une superbe cantate de Handel

Bernard Labadie, dont c'était l'anniversaire de naissance vendredi, s'est offert pour l'occasion une superbe cantate de Handel intitulée L'Allegro, il Pensiero ed il Moderato (Le Joyeux, le Pensif et le Modéré). Plus sérieusement, il a montré qu'il est un homme de goût et, plus important encore, que cette oeuvre très peu connue méritait qu'on la fasse découvrir au public.
Le public réuni au Palais Montcalm a eu droit à une exécution de haut calibre en compagnie de l'ensemble baroque montréalais Arion - constitué pour l'occasion de quelques membres des Violons du Roy - et du choeur La Chapelle de Québec.
Des quatre solistes, Dominique Labelle est celle à qui l'on doit les plus merveilleux instants de la soirée. La soprano possède un instrument de grande tenue dont la couleur naturelle et la souplesse se comparent avantageusement à celles du rossignol, qu'on pense seulement au savoureux duo offert avec la flûte traversière en première partie du concert. Ailleurs, c'est sa générosité, sa rondeur et sa chaleur qu'elle vous touchent. Chaque mot qui sort de sa bouche a son importance. On appelle cela la musicalité.
Dotée d'une voix un peu plus feutrée, la soprano Nathalie Paulin est parvenue à donner un effet de clair-obscur tout à fait magique à un air accompagné par les cordes en sourdines.
Le ténor Frédéric Antoun s'est distingué dans les morceaux vifs et brillants comme celui qui, en deuxième partie, faisait intervenir le choeur, les trompettes et les timbales. Un moment de joie et de splendeur digne d'une cour royale.
Quant à Michael Dean, basse-baryton, on a pu remarquer son timbre agréable et plein, ainsi que sa diction irréprochable.
Les 20 chanteurs de la Chapelle se sont apparemment régalés de cette partition dans laquelle on trouve plusieurs choeurs sublimes.
L'ensemble Arion s'est révélé un accompagnateur attentif et engagé de tout au long de cette cantate dont la durée, sans compter la pause, dépasse les deux heures. On aurait juré entendre les Violons du Roy, n'eut été de la couleur un peu plus ronde et plus délicate des instruments baroques.
L'ENSEMBLE ARION ET LA CHAPELLE DE QUÉBEC.
Direction musicale: Bernard Labadie. Solistes: Dominique Labelle et Nathalie Paulin, sopranos, Frédéric Antoun, ténor, Michael Dean, baryton-basse. Handel: «L'Allegro, il Pensiero ed il Moderato». Hier soir à la salle Raoul-Jobin du Palais Montcalm.