Le peintre Benoît Simard s'est servi des paroles de nos poètes de la chanson pour rythmer ses nouveaux tableaux, que l'on peut admirer dans la salle de réception de l'hôtel de ville de Québec.

Benoît Simard: peindre avec la musique des mots

En faisant le tour de ses 21 tableaux illustrant autant de chansons québécoises, Benoît Simard revient à la source de son inspiration : «Cette exposition, elle se prépare depuis que j'écoute et que j'aime notre chanson!»
Benoît Simard est amoureux des mots et des notes autant que des formes et des couleurs. Il nous en donne une belle preuve avec ses 21 tableaux inspirés de 50 ans de chanson québécoise, exposés jusqu'au 12 décembre dans la salle de réception de l'hôtel de ville de Québec.
«Mes tableaux ne retracent pas l'histoire de la chanson, mais racontent mon histoire d'amour avec les mots et les musiques de nos chansonniers», déclare Simard, dont la nouvelle exposition s'insère admirablement dans les Fêtes du 400e anniversaire de Québec.
Pour Benoît Simard, musique et peinture sont des arts qui entretiennnt des liens secrets. «Ces deux formes d'art ont un langage commun. Tonalités, vibrations, rythmes, couleurs : autant de mots qui décrivent aussi bien l'oeuvre picturale que l'oeuvre musicale. C'est cette parenté que j'ai voulu célébrer dans cette exposition, qui constitue pour moi une sorte d'aboutissement.»
Le visiteur est accompagné par un collage visuel et sonore d'extraits de chansons de La Bolduc, Félix Leclerc, Gilles Vigneault, Claude Gauthier, Claude Léveillée, Raymond Lévesque, Jean-Pierre Ferland, Clémence Desrochers, Daniel Lavoie, Richard Séguin, Luc Plamondon, Richard Desjardins, Daniel Bélanger, Pierre Lapointe, Ariane Moffat et plusieurs autres.
Benoît Simard a étudié le piano avant de se mettre à la peinture. «J'aurais bien aimé être chansonnier, mais je me sentais incapable de faire face au trac de la scène. Ma vraie vocation était la peinture. Mais avant de me l'avouer, j'ai été psychologue pendant 10 ans. Un beau jour, j'ai laissé tomber la science pour l'art, et je ne l'ai jamais regretté!»
Désireux de faire partager son amour de la chanson, l'artiste n'allait pas rater l'occasion d'initier les jeunes à nos poètes. C'est à un petit jeu de devinettes qu'il convie les groupes d'étudiants qui visiteront son exposition: «Chaque tableau ne porte pas le titre de la chanson qu'il illustre, mais une phrase de cette chanson, qu'il faudra identifier».
Par exemple, le tableau inspiré de La pitoune de la Bolduc s'intitule C'était une jolie fille. Pour le Ziggy du Starmania de Plamondon, Simard a titré C'est un garçon pas comme les autres. Les réponses sont à portée du regard, puisque l'intégrale des paroles des chansons côtoient les tableaux. «L'important, c'est de chercher... et de lire!»
Benoît Simard se propose de donner en cadeau le catalogue de l'exposition aux auteurs des chansons toujours vivants. Le peintre a déjà choisi sa dédicace : «Avec vos mots, vous m'avez dit mes tableaux.» Simard s'explique : «Ils m'ont nourri pendant toutes ces années, ils m'ont inspiré tous ces tableaux, alors je veux leur renvoyer l'ascenseur.»
Chaque toile de cette exposition recèle en moyenne huit tableaux superposés, révèle Benoît Simard. «On ne rate jamais un tableau : on le retravaille. C'est un dialogue entre le peintre et la toile, et cette fois, le dialogue s'est amorcé par l'intermédiaire des vers de nos poètes. Même si ces mots ne sont pas les miens, ils provoquent en moi des résonnances intimes que je fixe sur la toile. Le regardeur va faire le même travail : dans des formes et des couleurs qui ne sont pas de lui, il va découvrir un contenu latent qui lui appartient totalement...»
L'exposition de Benoît Simard a lieu du lundi au vendredi de 8h30 à 16h30 et le samedi et le dimanche de 11h à 18h.