Our Lady Peace: le bassiste Duncan Coutts, le guitariste Steve Mazur, l'ex-batteur Jeremy Taggart (maintenant remplacé par Jason Pierce) et le chanteur Raine Maida

Beaucoup de nouveau pour Our Lady Peace

Il y a eu beaucoup de nouveau au cours des dernières semaines pour le groupe Our Lady Peace, qui se produira mercredi soir au Festivent de Lévis. Nouveau batteur, nouveau producteur, nouveau simple, et éventuellement un nouvel album.
«Nous avons fait trois spectacles avec Jason Pierce, qui a déjà joué avec Paramore comme batteur et, heureusement, ça va très bien. Il est cependant trop tôt pour dire s'il deviendra un membre à part entière», explique le bassiste Duncan Coutts en entrevue téléphonique avec Le Soleil à la suite du départ récent du batteur Jeremy Taggart, présent sur tous les albums du groupe.
«C'est triste que Jeremy ne soit plus là, il est notre ami depuis des années et nous le soutenons dans sa décision», ajoute Coutts à propos de celui qui a quitté Our Lady Peace pour relever de nouveaux défis dans un autre domaine. 
«Oui, il travaille à d'autres projets musicaux, mais, surtout, Jeremy essaie de percer à la radio et comme humoriste. Il est collaborateur à certaines émissions et il a aussi son propre podcast. C'est quelque chose qu'il a toujours voulu faire et c'est logique, car il a toujours été le farceur du groupe», poursuit le bassiste.
Enregistrement
Coutts l'avoue, le départ de Taggart a cependant forcé Our Lady Peace à mettre de côté son projet de tournée pour souligner les 20 ans de son premier album, Naveed, et à se concentrer plutôt à créer du nouveau matériel. 
Le groupe a d'ailleurs lancé il y a un peu plus d'une semaine son premier simple en deux ans, une pièce intitulée Won't Turn Back, sur iTunes. «On enregistre présentement et on essaie de voir si on lancera un album ou un mini-album. Peu importe, c'est certain que Won't Turn Back en fera partie», assure-t-il.
En 2012, le groupe avait lancé le simple Heavyweight en catimini sur iTunes avant même d'envoyer des exemplaires promotionnels aux stations de radio. «C'est fou, il y a des stations qui l'ont acheté pour le faire jouer! Il y a cette liberté dans le monde musical d'aujourd'hui.»
Coutts avoue cependant qu'il est loin d'être un fanatique du MP3 comme support musical. «Le problème est que c'est loin de toujours sonner bien. Tu passes plusieurs jours à suer en studio, à travailler sur tes chansons et quand tu as fini, le MP3 défait tout ça...»
Entre Toronto et L.A.
Parlant studio, les enregistrements d'albums d'Our Lady Peace sont loin de se passer de la même manière que dans les années 90 alors que tout le monde habitait la région de Toronto. Présentement, Coutts est le seul à résider dans la métropole ontarienne alors que le chanteur Raine Maida et le guitariste Steve Mazur sont tous les deux établis à Los Angeles.
«J'aime Toronto et pour l'instant, je ne veux pas déménager ma famille à Los Angeles. Heureusement qu'on a tous un studio dans notre résidence. Mais des fois, il faut se déplacer pour se retrouver ensemble», commente Coutts.
Le musicien ajoute qu'il apprécie beaucoup le fait de travailler avec le réputé producteur américain Mike Elizondo (Eminem, Nelli Furtado, Pink) pour le nouveau matériel du groupe. «Mike est fantastique, c'est un gars qui a fait tellement de trucs avec plein d'artistes. C'est agréable de travailler avec lui et en plus, c'est un chic type.»
À ceux qui s'ennuient du son des premières années d'Our Lady Peace, Coutts laisse d'ailleurs entrevoir qu'ils pourraient être agréablement surpris par les nouvelles pièces à venir. «J'écoute Raine interpréter les choeurs sur les nouvelles chansons et ça me rappelle vraiment Naveed et Clumsy. C'est quelque chose qui devrait être très intéressant», lance-t-il en terminant.
Vous voulez y aller?
Quoi: Our Lady Peace (première partie: Muted Screams)
Où: scène Loto-Québec, 871, rue Commerciale, Saint-Jean-Chrysostome
Quand: le mercredi 30 juillet, 20h
Billets: passeport cinq jours: 30,44 $; billet journalier: 21,74 $; avant-scène: 52,19 $
Tél.: 418 833-2333