L'un des deux meurtres à s'être produits dans la région en 2009 est celui de Kevin Duquet, 17 ans, poignardé le 6 décembre au terminus Les Saules. Le soir même, des amis de la victime s'étaient rassemblés à l'endroit de la tragédie.
L'un des deux meurtres à s'être produits dans la région en 2009 est celui de Kevin Duquet, 17 ans, poignardé le 6 décembre au terminus Les Saules. Le soir même, des amis de la victime s'étaient rassemblés à l'endroit de la tragédie.

Bas taux d'homicide: fiche impressionnante pour Québec

Jean-François Néron
Jean-François Néron
Le Soleil
Avec seulement deux meurtres en 2009, la région de Québec se classe bonne première au chapitre du taux d'homicide le plus bas parmi les 10 régions de 500 000 habitants et plus au pays. Encore une fois, elle prouve être l'une, sinon la région la plus sécuritaire au Canada.
Les données compilées par Statistique Canada donnent un taux d'homicide de 0,27 par 100 000 habitants. Juste derrière suivent la région de Kitchener-Cambridge-Waterloo avec quatre homicides et un taux de 0,77, et celle d'Ottawa avec 10 meurtres et un taux de 1,08. À l'inverse, la pire région est celle de Winnipeg qui, avec 32 homicides, affiche un taux de 4,15 par 100 000 habitants. En chiffre absolu, c'est Toronto qui arrive première avec 90 meurtres. Comme cette dernière région est la plus populeuse au Canada, le taux d'homicide se situe à 1,61.
Le résultat obtenu à Québec est d'autant plus impressionnant que la capitale et ses environs se classe même devant 22 des 24 régions recensées comptant entre 100 000 et 500 000 habitants, toujours au chapitre du taux d'homicide. Seules Saint-Jonh's à Terre-Neuve et Saint-Jean au Nouveau-Brunswick parviennent à devancer Québec puisqu'on ne rapporte aucun homicide dans ces deux régions en 2009.
Ceux qui craignent qu'un étranger commette l'irréparable à leur égard doivent se raviser. En effet, «la vaste majorité des victimes connaissaient leur tueur», écrit Statistique Canada dans son rapport.
Sur les 454 victimes d'homicides résolus par la police en 2009 au pays, 14 % ont été tuées par un conjoint, 19 % par un autre membre de la famille, 39 % par une connaissance, 9 % par une personne qu'elles avaient connue lors d'une relation criminelle et seulement 18 %, une victime sur cinq, par un étranger.
Ailleurs au Québec
Montréal, avec 10 meurtres, obtient un taux d'homicide de 1,15 par 100 000 habitants, en quatrième position sur les 10 régions canadiennes de 500 000 habitants et plus.
Dans la liste des 24 régions de 100 000 à 500 000 habitants, Gatineau est la sixième meilleure région avec deux meurtres et un taux de 0,66, Trois-Rivières arrive 17e avec trois homicides et un taux de 2,02, et Saguenay 22e avec cinq meurtres et un taux de 3,44.
Des positions qui peuvent changer d'une année à l'autre. À titre d'exemple, à elle seule, la ville de Québec avait enregistré sept homicides en 2008 dont cinq en moins de deux mois alors qu'elle avait connu une année vierge en 2007. En 2005, il y en a eu cinq, six en 2004 et trois en 2003.