Gaétan Barrette a Fatima Houda-Pepin comme rivale dans la circonscription de La Pinière.

Barrette «se magasinait "la job" de ministre», dit Drainville

Bernard Drainville a retourné dans le camp de Gaétan Barrette le brûlot que l'ex-président de la Fédération des médecins spécialistes avait lancé en affirmant qu'il s'était fait offrir, en 2012, le poste de ministre de la Santé par le Parti québécois, alors dans l'opposition.
Avant de se rendre au huis clos qui a arrêté la plateforme du Parti québécois (PQ), à Laval, le ministre responsable de la charte de la laïcité a confirmé qu'il avait alors rencontré M. Barrette. Il a cependant soutenu que c'était à sa demande. M. Drainville a ajouté qu'il lui avait demandé : «Coudon', t'es-tu souverainiste?» Il m'a répondu qu'il a voté Oui au référendum de 1995», une affirmation aussitôt démentie par le principal intéressé, qui s'est présenté pour la Coalition avenir Québec (CAQ), en 2012.
«Médiocre contre-attaque»
Selon M. Drainville, à ce moment critique en santé pour le Parti québécois dans l'opposition, la démarche de M. Barrette était d'une limpidité indiscutable. De sa rencontre, Bernard Drainville dit avoir «compris qu'il se magasinait "la job" de ministre de la Santé». Un objectif sans équivoque, selon lui. «Il m'a dit, à un moment donné», a raconté M. Drainville en tentant d'imiter la voix du Dr Barrette : «Je m'en vas [sic] chez vous, c'est pas pour être ministre de l'Agriculture.»
Gaétan Barrette a aussitôt répliqué par une série de messages sur Twitter, où il a qualifié les propos de M. Drainville de «médiocre contre-attaque du PQ. Oui, je lui ai dit que ma famille a voté Oui, mais pas moi. Et [j'ai voté pour la] CAQ en 2012!»
«Vous n'êtes pas habitués à la manipulation du PQ», a-t-il rétorqué à un abonné de son fil Twitter. «Voyez comment le PQ marche, a-t-il aussi écrit. Tout pour ne pas s'occuper des vraies affaires.»