Les Cowboys Fringants ont attiré plus de 5000 personnes, battant le record du festival de 4500 spectacteurs détenu par Cat Empire.

Baie-Saint-Paul: le Festif! fracasse ses records

En cinq ans, le Festif! a fait des pas de géant, de festival quasi marginal dans un petit parc excentré de la ville à événement majeur en plein coeur de Baie-Saint-Paul. L'édition 2014 confirme ce que les initiés savaient déjà : le Festif! est unique en son genre!
Après Cat Empire l'an dernier, c'était au tour d'Alpha Blondy de clore la série de spectacles sur la grande scène dimanche, une soirée ensoleillée malgré la grisaille. Chaleureux, le papi cool du reggae africain a dégourdi le public qui ne demandait pas mieux. 
«Depuis quelques années, on a une tête d'affiche internationale et pour nous, Alpha Blondy, c'est un step en avant important! C'est un choix audacieux, il n'est pas très connu ici, mais on est contents de la réponse! Il y a un peu moins de monde que les deux premiers soirs, mais ceux qui sont là ont eu tout un spectacle, extraordinaire!» chuchote le directeur général et artistique du Festif!, Clément Turgeon, aphone après le sprint infernal des dernières semaines. Il faut dire que le Festif! est d'abord l'oeuvre collective d'un conseil d'administration tricoté serré et motivé. Clément Turgeon est le seul salarié du groupe qui se gonfle de quelques centaines de bénévoles durant l'événement. «Sans les bénévoles, pas de Festif!...» souligne Clément Turgeon. 
Le chiffre magique des 5000 spectateurs a été atteint et dépassé samedi soir, fracassant le record de Cat Empire qui avait attiré 4500 personnes l'an dernier. La foule était compacte et sautillante devant la scène Desjardins ce soir-là. Les Cowboys fringants avaient mis leurs plus rigolos atours pour fêter avec la fougue qu'on leur connaît les cinq ans de ce petit festival devenu grand. «C'était un incontournable de les inviter pour souligner nos cinq ans. La première année, on était complètement novices! On visait un show hommage aux Cowboys fringants, mais on les avait appelés juste pour voir et ils avaient dit oui, même si on était des nobody!» rigole la présidente Anne-Marie Dufour. En préambule, Biz, Batlam et Chafik de Loco Locass, crachant le feu de leurs injonctions, avaient allumé le public, faisant allègrement «bouger les joufflus», une transe invitant à la réflexion et culminant sur l'hymne Libérez-nous des libéraux en rappel. 
Une ville parée de musique
Outre les spectacles de la scène principale, le Festif! avait paré tout Baie-Saint-Paul de musique, semant ici et là ses après-Festif! À ce chapitre, samedi, Betty Bonifassi a cartonné avec ses chants d'esclaves livrés avec toute la puissance de sa voix soutenue par un trio de musiciens survoltés. SoCalled avait mis la table de belle façon, chauffant la foule jusqu'à une température invitant le dénudement. Il a prêché par l'exemple, terminant son «D.J. set» en caleçon et chaussettes. Sa complice Katie Moore est demeurée plus décente, jouant de sa voix plutôt que de ses oripeaux. 
La résurrection d'El Pornos, un groupe local réuni pour l'occasion, a vraisemblablement fait plaisir aux initiés réunis dans le sous-sol de l'église. Les murs de l'endroit ont aussi tremblé sous les performances païennes des Breastfeeders, des joyeux lurons du Québec Redneck Bluegrass Project, de la bande de Cou Coupé... Dimanche, Misteur Valaire donnait à son tour la grand-messe iconoclaste. 
Vendredi, la jeune gagnante de l'édition régionale de Secondaire en spectacle Viviane Garneau Tremblay avait eu le délicat mandat d'ouvrir la cinquième édition du festival jubilaire, ce qu'elle a accompli avec brio. À sa suite, Karim Ouellet n'a pas failli à sa réputation! Avec son groove contagieux, on comprend très bien qu'il soit devenu copain copain avec Stromae! Foule conquise. En conclusion de cette première soirée, Louis-Jean Cormier et sa bande ont étendu leur chape tantôt tendre, tantôt rock sur le reste de la soirée extérieure, presque épargnée par la pluie. 
Cirque sur rue
La rue Festive!, volet circassien de l'événement, s'est déroulée sous de beaux auspices ensoleillés samedi, tandis que la flotte ne l'a pas épargnée dimanche. Random Recipe a fait mouche sur la scène Hydro Québec le premier jour, alors que fanfares et acrobates ponctuaient la rue Saint-Jean-Baptiste, piétonne pour l'occasion. 
Le lendemain, les Hay Babies ont bravé le crachin et le public aussi. Les acrobates ont eu un peu plus de fil à retordre, mais dans l'ensemble, cet aspect du festival a connu un franc succès. «Le volet cirque, on le cultive depuis le début. Ça rend l'événement plus familial encore et pour la première fois, on a fait la rue Festive! sur deux jours! Dimanche, le mauvais temps nous a compliqué la vie, mais ça fait partie des risques du métier», avance Anne-Marie Dufour, le sourire aux lèvres devant tant de bonheur. 
L'événement disposait d'un budget de 340 000 $ cette année et on confirme son retour l'an prochain.