Aimer comme une émeute, Anique Granger

Anique Granger: ruptures et transitions***

Ce troisième album, Anique Granger l'a, semble-t-il, mijoté dans une période de bouleversements.
Difficile de remettre ce contexte en doute à l'écoute de cette dizaine de chansons carburant aux contrastes (le titre est ici révélateur), nourries de ruptures, d'insatisfactions et de bonheurs éphémères.
La musicienne originaire de Saskatchewan renoue avec son complice Rick Haworth - le pedal steel et l'harmonica servent pratiquement de fil conducteur à l'album -, mais s'adjoint aussi les services de Fred Fortin, qui signe la réalisation et lui offre une très belle pièce. Le folk d'Anique Granger s'en trouve ainsi quelque peu encanaillé, ce qui n'est rien pour déplaire... Surtout que le groupe ne se gêne pas pour laisser la musique se déployer en de longues finales.
Fidèle à elle-même, l'auteure-compositrice-interprète a su broder des textes imagés, évocateurs, voire percussifs (Pour te garder). Si une indéniable cohérence teinte les ambiances qui se déploient sur ce disque, l'attrait mélodique n'y est toutefois pas réparti équitablement.