L'ex-Police Andy Summers et le chanteur des Rescues Rob Giles se sont sentis comme deux ados qui voulaient démarrer un groupe; Circa  Zero sort mardi son premier disque, Circus Hero.

Andy Summers reprend goût au rock

Après une période de six ans durant laquelle on l'a peu vu et peu entendu, le guitariste de The Police, Andy Summers, lancera mardi un premier album avec son projet Circa Zero, dans lequel il est accompagné du chanteur et multi-instrumentiste des Rescues, Rob Giles.
«Ce que j'ai fait depuis la tournée réunion des Police en 2007-2008? Je cherchais mon âme et j'ai rencontré Rob! Blague à part, j'ai joué beaucoup au Brésil et j'ai commencé à écrire des chansons rock», explique Summers, en conférence téléphonique avec Le Soleil depuis son domicile de Venice, en Californie.
La populaire, payante et houleuse tournée réunion serait ce qui a incité Summers à retourner au rock. «J'ai aimé rejouer du rock, mais je n'avais pas de chanteur. J'en ai essayé quelques-uns, mais quand j'ai trouvé Rob, il y avait une complicité entre nous que je n'avais pas avec personne.»
C'est lors d'une virée nocturne dans la Cité des anges que Summers a fait la connaissance de son nouvel associé. «Andy et moi avons des amis communs et ils sont venus voir les Rescues à quelques reprises, raconte Giles à propos de sa première rencontre avec Summers. Un soir, on a jasé et j'ai vraiment fait un fou de moi, mais Andy a apprécié et m'a dit qu'il me rappellerait. Il l'a fait et m'a invité dans son studio et quand on a été là tous les deux, on était comme deux ados et on voulait lancer un groupe!»
«Bien sûr que j'étais un fan des Police! Je n'ai jamais rencontré qui que ce soit qui n'aime pas The Police! À Los Angeles cependant, ce n'est pas rare de tomber sur des gens qui t'ont influencé ou que tu admires. Je n'avais aucune attente quand il m'a rappelé, mais ça a donné quelque chose de bon», poursuit le chanteur, qui joue également de la basse sur Circus Hero, premier effort du groupe.
Pas un chanteur
Andy Summers avoue qu'il souhaitait dénicher le bon chanteur avant de se lancer dans un autre projet. «Je ne suis pas un chanteur et je ne l'ai jamais été», avoue celui qui a pourtant interprété quelques pièces avec The Police.
Le guitariste de 71 ans se rappelle d'ailleurs son album solo XYZ, lancé en 1987. «J'ai fait cet album où je chantais en plus de jouer de la guitare et de la basse et je trouvais que je ne chantais pas si mal. Cependant, je me suis fait vraiment démolir par la critique. Peut-être que c'est pour ça que j'ai surtout fait de la musique instrumentale par la suite!»
Summers et Giles avouent qu'ils ne détesteraient pas amener leur nouveau bébé en tournée. «Pour commencer, on veut voir ce qu'on peut générer comme intérêt, montrer aux gens qu'on existe. Ensuite, il s'agira de trouver la bonne tournée. On aimerait bien éventuellement jouer dans les arénas», confie l'ex-Police.
Pas de retour possible pour The Police
Que ceux qui ont assisté aux spectacles de The Police en 2007 et en 2008 en conservent bien le souvenir, car, foi d'Andy Summers, il serait fort surprenant de voir le trio se réunir de nouveau même si leur tournée réunion a été la troisième plus lucrative de l'histoire.
«Je ne peux pas dire si on est en bons ou en mauvais termes, je dirais que c'est plutôt au neutre», affirme Summers lorsqu'interrogé sur ses relations avec Sting et Stewart Copeland. «On ne cherche pas vraiment à se voir ou à se parler. Sting est surtout à New York présentement et il vit dans un autre monde. Nous sommes tous passés à autre chose.»
Ce n'est un secret pour personne que l'atmosphère était loin d'être au beau fixe entre les trois musiciens lors de cette tournée et Summers signale qu'il serait difficile de faire de nouveau le même exercice.
«En théorie, je ne serais pas contre une autre tournée avec The Police, mais je doute que ça puisse se faire. C'était une tournée incroyable, et le momentum était parfait, soit juste avant la crise économique. Si on le refaisait, ce ne serait probablement pas pareil, ce serait assurément plus petit, alors à quoi bon?», s'interroge-t-il.
«De toute façon, qui a besoin de The Police quand tu as Circa Zero, le meilleur groupe de tous les temps et qu'il y a dans ce groupe le meilleur élément de The Police?» lance-t-il, mi-sérieux, mi-blagueur, dans une réplique qui en dit long sur les relations entre les membres du trio.
La tournée a tout de même rapporté la rondelette somme de 357 millions $ au groupe. Qu'est-ce que cette importante entrée de fonds a changé dans la vie de Summers? «Demande ça à Beyoncé et Lady Gaga, elles sont toutes les deux plus riches que moi», répond-il.
Amertume
Cela étant dit, même s'il est loin d'avoir de la difficulté à boucler son budget, Summers confie qu'il demeure insatisfait de la somme qu'il a reçue à la suite de l'utilisation du riff de guitare qu'il a composé pour Every Breath You Take dans la pièce I'll Be Missing You, interprétée par Puff Daddy, Faith Evans et le groupe 112 en 1997.
«C'est faux de dire qu'on n'a rien reçu pour ça, mais 30 millions d'exemplaires du simple I'll Be Missing You ont été vendus, et je pense qu'on n'a pas eu ce qu'on aurait dû avoir. Je resterai toujours amer à ce sujet», avoue-t-il.
«Il faut se souvenir qu'à l'époque, les règles n'étaient pas vraiment claires quant à l'utilisation d'échantillonnages sonores. J'ai effectué plusieurs tentatives afin d'être payé, mais ça n'a pas marché. Parfois, c'est difficile avec les avocats et tout. Tu ne veux pas foutre le bordel non plus», conclut Summers.